Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
AFRIQUE & MONDE

C.I / Assainissement : Le traitement des boues de vidanges préoccupe en Afrique

Une photo utilisée juste à titre d'illustration

Les boues de vidanges sont un déchet complexe dont le choix des traitement requiert une bonne maitrise des critères de sélection du système à mettre en place. A l’effet de parvenir à une solution technologique pérenne garante d’une gestion efficace, d’un service de qualité et d’une bonne maitrise des coûts, l’association africaine de l’eau (l’Aae) avec l’appui financier de la fondation Bill et Melinda Gates et l’Office national de l’assainissement et du drainage, (l’ONAD-Côte d’Ivoire) a tenu dans le cadre du projet de renforcement des capacités des opérateurs africains d’assainissement par des partenariats entre pairs (RASOP-AFRICA), un atelier de formation des acteurs de l’assainissement sur les technologie des traitements des boues de vidange du 19 au 21 septembre 2017 à Yamoussoukro.

Selon le Pr Ive Magloire Kengnet Noumsi, coordonnateur du projet, « la situation déplorable de l’assainissement fait peser des risques sanitaires importants sur les populations et sur l’environnement ».  « Pour améliorer cette situation préoccupante, l’accès à des systèmes d »assainissement adéquats est devenu une préoccupation majeure des pays en voie de développement de manière générale et plus particulièrement en Afrique où l’assainissement autonome concerne 85% de la population. En Côte d’Ivoire, ce type d’assainissement est pratiqué par plus de 95% de la population nationale et par plus de 80% de la population urbaine » a fait savoir le professeur qui dira qu’à travers ce projet « l’Aae va favoriser la mise en place de stratégies de gestion de l’assainissement autonome et des boues de vidange dans cinq villes africaines que sont Bamako (Mali), Kampala (Ouganda), Lusaka (Zambie),Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) et Yaoundé (Cameroun) ».

L’amélioration de l’accès des populations, notamment les plus pauvres à un assainissement de qualité est une question de dignité , a souligné par ailleurs le coordonnateur qui a exhorté les participants à tirer davantage de la présente formation pour parfaire leur niveau de connaissance sur les technologies de traitement des boues de vidange et d’être aptes demain à mieux orienter les travaux qui pourront être conduits dans le domaine ». Et pour terminer, il a réitéré le soutien de l’association Africaine de l’eau aux pays africains dans leur quête quotidienne d’améliorer l’accès à l’assainissement des populations.

Initié depuis décembre 2015 le projet RSOP-Africa s’étend sur une période de trois ans, de 2016 à 2018. Après la capitale ivoirienne les 5 villes retenues  accueilleront chacune  cet atelier.

Yvane Méakou

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *