Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
ÉCONOMIE

C.I/ Bouaké: Plus de 2.195 T de drogue et produits prohibés saisis en 10 mois

Une vue des produits saisis à Bouaké / Photo EVENTNEWS.TV

« 2,195 tonnes de drogue et produits pharmaceutiques non enregistrés saisis » c’ est l’exploit que vient de réaliser la cellule anti-drogue de la 3e légion de gendarmerie de Bouake durant la période du 1er janvier au 31 octobre 2017.

Composés de 16.22g d’héroïne, 69.042kg de cannabis, 51g de tramadol, 929g de diazépam, 1g de rivotril, 38g d’ephédrine et 2.125 tonnes de produits pharmaceutiques non enregistrés, ces produits  ont été incinérés le mardi 7 novembre 2017 à Bouaké,  capitale de la région administrative du Gbêkê. Et ce, en présence des autorités préfectorales, du parquet, de la gendarmerie, de la police et des représentants de la santé .

Pour le capitaine Djessan bi Richard, chef de la cellule, la saisie de ces produits a permis au titre de l’année 2017 d’interpeller et déférer 55 personnes dont 3 femmes et 52 hommes de nationalités ivoirienne, malienne, burkinabé, nigérienne, ghanéenne et beninoise qui sont pour la plupart des vendeurs. Le coût de ces saisies est estimé à plus de 87 millions.

Dernière mission à Bouaké avant sa nouvelle prise de fonction à San-Pedro, le capitaine Djessan bi Richard a par ailleurs fait le point des saisies au cours des quatre dernières années. Ce sont 212.38g d’héroïne, 2.314 tonnes de cannabis, 5.417kg de tramadol, 8.102kg de diazépam, 11g de rivotril, 58.31g d’Ephédrine  et 2.536 tonnes de produits pharmaceutiques non enregistrés qui ont été déjà incinérés.

Angomon Messo Firmin,  substitut du procureur près le tribunal de première instance de Bouaké a pour sa part expliqué que sa présence s’inscrit dans l’ordre du respect des textes qui veut que de telles opérations ne peuvent se faire en dehors du ministère public. Il a salué l’action des officiers de la police judiciaire avant de rappeler qu’au niveau du parquet, tout sera mis en œuvre pour que ces auteurs traduits devant le tribunal encourent les peines qui leur sont dues. Il a aussi saisi cette opportunité pour lancer un appel fort à tous ces trafiquants et bandits que plus jamais des tels actes resteront impunis. Aka Konin, le préfet de région du Gbêkê a lui aussi salué le travail abattu par la cellule anti-drogue et a invité les uns et les autres à une synergie des efforts pour mettre fin à la prolifération de ces produits sur le marché ivoirien.

Nesta Devinci

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *