Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SOCIÉTÉ

C.I / Grogne sociale : Marches éclatées dans toutes les mairies du nord

Les agents des mairies situées dans la partie nord de la Côte d’Ivoire  (celles qui étaient de 2002 à 2011 sous occupation de la rébellion) ont décidé de radicaliser leur mouvement social entamé le 12 septembre 2017 par une grève. Dès le mardi 10 octobre 2017 en effet , ils ont choisi de poursuivre la protestation par des marches éclatées dans toute la zone concernée.

 

Les responsables syndicaux du Cosamci

Souleymane Barro, le secrétaire général du collectif des syndicats des agents de  mairie de côte d’ivoire (Cosamci) qui a rendu public cette décision syndicale le 3 septembre 2017 à Bouaké a fait le point aux journalistes, des actions sur le terrain depuis le lancement de leur mouvement de grogne.

« Nous sommes satisfaits parce que nos camarades suivent largement le mot d’ordre lancé par le collectif des syndicats. Nous ne pouvons pas faire cette conférence de presse sans relayer quelques intimidations dans certaines zones,  particulièrement Korhogo. Des serveurs de thé qui se disent être chargés par le Premier ministre ont intimidé nos camarades en les obligeant à donner les clés de certains services. Ils ont même fait emprisonner certains de nos camardes qui par la suite ont été relaxés » a-t-il fait savoir lors de sa rencontre avec la presse.

Convaincu à ce niveau que le Premier ministre, maire de Korhogo ne peut être à la base de ce qui se passe dans sa commune, il a appelé à une oreille attentive de celui-ci. «La grève étant un moyen de protestation dans notre pays stipulée par notre constitution, je ne pense que le premier ministre puisse  décider d’empêcher nos camarades de protester » a t-il  dit  soulignant que les tentatives d’intimidation qui y ont eu lieu n’ont en aucun cas freiné l’élan des agents de la mairie de Korhogo. Précisant d’ailleurs que les personnes qui y font fonctionner  actuellement les service, « ne sont que des gens ramassés dans la rue pour faire croire que la mairie fonctionne or c’est tout le contraire ». « Nos amis de Korhogo observent bien le mot d’ordre en restant chez eux » a-t-il dit

Sur  la question du mot d’ordre de grève, il fera savoir  que tout se passe bien comme prévue dans dans l’ensemble des 92 communes des zones CNO (centre nord et ouest) qui connaissent le problème d’arriéré de salaire.

Souleymane Baro a également fait cas du seeting tenu le lundi 02 octobre 2017  devant le le palais du carnaval de Bouaké. Il explique que, suite à la rencontre avec la direction générale de la décentralisation et du développement local, aucun accord n’a été arrêté pour le payement des arriérés de salaires qui font l’objet de leur action. Pire,  depuis lors, aucune autorités n’a pris l’engagement d’établir des négociations pour trouver une solution au problème. Attitude qu’il qualifie de mépris et de désintéressement à l’endroit des agents municipaux. « ceci un est désintérêt vis a vis de ce dossier à caractère social et humanitaire. On dénombre déjà plus de 1000 morts qui ne pourront pas bénéficier de leur dû. ce sont leurs ayant droits qui vont en bénéficier. Pour nous il y a un désir de retarder le problème jusqu’à ce que tous ceux qui sont concernés par ce problème meurent pour qu’on puisse oublier le dossier. Mais comme nous sommes encore vivant, nous ne pouvons pas accepter cela. C’est pourquoi nous avons décidé de faire le seeting » a expliqué Barro qui précisera que c’était un seeting d’avertissement.

Fustigeant ce comportement de mépris à leur égard, les agents municipaux appellent à une marche éclatée le 10 octobre prochain dans l’ensemble des 92 communes des zones pour CNO. Pour  le syndicaliste, le Coasmci est plus que déterminé à mener cette lutte par tous les moyens pour obtenir satisfaction. Il conclut toute fois ne pas être fermé aux discussions.

Nesta Devinci

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *