Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
ÉCONOMIE

Côte d’Ivoire/ Protection des forêts : Des agents de l’ordre bastonnés et humiliés à Katiola

Trace des initiés après leur passage dans l'un des services visités de Katiola / Photo EVENTNEWS.TV

Les agents de l’office ivoirien des parcs et réserves de la région(Oipr) de la région administrative du Hambol dans le centre nord de la côte d’ivoire, ont de justesse frôlé la mort dans la journée du mardi 21 novembre 2017 sur les aires protégées de Foronan, village situé à une dizaine de kilomètres de Katiola.

Les faits, expliquent nos sources, remontent à 2014. En effet, érigé en réserves de faune et de flore du haut-Sassandra avec une superficie de 123.000 hectares, la gestion et la protection de ce patrimoine de l’Etat ont été confiées à l’office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) depuis 2002. Seulement, l’impossibilité de l’Etat d’étendre son autorité dans cette partie du pays pendant la période de la rébellion ayant éclaté a favorisé l’installation des populations dans ces réserves. A la reprise des activités en 2014 de l’Oipr dans le Hambol, plusieurs campagnes de sensibilisations ont été menées jusqu’à ce jour pour inviter les occupants à libérer les sites. Si la majorité des occupants a adhéré au projet de libération des sites, certains ont continué de faire la sourde oreille et y ont même installer des campements, fait des plantations et même  y pratiquer l’orpaillage clandestin. L’intervention des cadres de ma région explique une autre source n’a pu donner gains de cause. Ainsi en conformité à la mission quotidienne de l’office, 15 agents avec à leur tête le chef secteur de l’OIPR ont dans la journée de ce mardi 21 novembre mené une mission d’aménagement (destruction des campements, plantations et autres des occupants).

Cette action a permis la destruction de plusieurs campements sur les aires protégés du haut-Sassandra. Mais dans le prolongement de cette mission, les agents de l’OIPR ont été pris en partie par des individus vêtus de peaux séchées d’animaux , armés de fusils de type calibre 12, de machettes, de gourdins et dit-on, dotés de pouvoirs magiques. Ces individus mystiques communément appelés initiés, en nombre très important ce jour, ont copieusement bastonné les agents des Eaux et Forêts dont le chef secteur de l’OIPR.  Quelques chanceux des forces de l’ordre ont réussi grâce à l’agilité de leurs jambes à fuir la forêt. Loin d’être satisfaits de leurs actions, ces mystérieux initiés font une descente musclée sur la ville de Katiola pour s’adonner à des actes de vandalisme dans toutes les structures  en rapport avec la forêt notamment les directions de l’Oipr, des Eaux et Forêts et de la Sodefor. Le résultat de leur opération en ville est bien amère pour l’Etat et ses agents:  les bureaux pillés et saccagés, un véhicule et des motos incendiés, d’autres emportés. Pis, d’autres sources dans la ville révèlent que ces initiés ont à certains endroits de la ville fait des tirs de fusil de chasse, calibre 12 sous le regard impuissant des forces de défense de sécurité de ladite localité. L’une des victimes de initiés, le lieutenant Kaho battu à sang était encore interné au centre hospitalier régional de Katiola quand nous mettons sous presse.

Indexé comme le commanditaire de cette barbarie, le chef de canton de Foronan, Coulibaly Tiemoko Basile  a tenu à préciser  les faits. Il explique qu’ absent lors des événements, il lui a été rapporté que ces actes de vandalisme sont l’œuvre du chef des initiés nommé Opiana.  Estimant que son campement a été l’un des 5 détruits  et son frère menotté, le chef des initiés, Opiana, au dire du chef de canton,  a fait appel à tous ses condisciples pour s’en prendre aux agents de l’Oipr et aux directions visitées. Le chef chef canton a par ailleurs invité les autorités à mener les enquêtes afin de situer les responsabilités et mettre aux arrêts les auteurs de ces actes qui ne sont pas de nature à favoriser un climat de paix dans la région.

Nesta Devinci

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *