Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SOCIÉTÉ

C.I / Santé : La lutte contre la tuberculose préoccupe les acteurs

Une vue de l'atelier sur la tuberculose / Photo EVENTNEWS.TV

Un atelier d’appropriation par les acteurs nationaux des directives nationales en matière de la lutte contre la tuberculose a réuni à Yamoussoukro le  21 et 22 novembre 2017 les premiers responsables régionaux de la santé de la Côte d’Ivoire. Initié par le ministère de la santé et de l’hygiène publique avec l’appui financier de l’organisation mondiale de la santé (OMS), cet atelier s’inscrivait dans le cadre de l’amélioration et de l’accessibilité des populations aux soins antituberculeux. En effet, avec une couverture nationale de un centre de dépistage antituberculeux  pour 96 402 habitants, contre un centre pour 100 à 100 000 habitants selon la norme OMS, la Côte d’Ivoire dispose donc de suffisamment de structures d’offres de soins antituberculeux.  Malgré les progrès enregistrés avec la poursuite des efforts de décentralisation, des insuffisances sont cependant observées par endroits dans l’application effective des directives élaborées par le ministère de la santé et de l’hygiène publique à travers le programme national de lutte contre la tuberculose dans les centres que dans la gestion de la maladie.

« Le non respect des directives peut être imputable à la méconnaissance de celles-ci par certains acteurs, faute de leur vulgarisation suffisante », a fait observer le directeur régional de la santé de Yamoussoukro qui représentait à cette occasion le directeur général de la santé et de l’hygiène publique Dagnan N’Cho Simplice. Poursuivant il salué la tenue de la session . « l’organisation du présent atelier a donc été jugée utile par le ministère pour partager avec les premiers responsables de la santé de nos régions ces directives nationales », s’est il félicité avant de réaffirmer que la Côte d’Ivoire s’est toujours attelée en révisant régulièrement ses directives en matière de prise en charge de la tuberculose à la lumière des stratégies successives adoptées par l’OMS pour l’éradication de la pandémie à l’horizon 2035.

Yvane Méakou   

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *