Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
CULTURE

C.I/ Tradition : Un festival des pagnes, rythmes et danses pour révéler les Gouros et les Gban

La table de séance de la cérémonie de lancement de Vaka 2017 / Photo d'EVENTNEW.TV

« Vaka » est la dénomination du festival des pagnes, rythmes et danses traditionnelles des peuples Kwéni (appellation originel des Gourou) et Gban du département d’Oumé, dans le Centre-Ouest de la Cote d’ivoire.

Prévue du 04 au 10 décembre 2017 dans la ville de Oumé, la première édition de ce festival placée sous le signe de la cohésion sociale, sera l’occasion pour ces peuples autochtones de 8 départements du pays,  de consolider le brassage culturel qui a longtemps caractérisé leur cohabitation pacifique avec  les autres peuples venus de divers endroits de Cote d’ivoire et même  de l’étranger.

Le lancement de ce grand  rendez-vous culturel, historique, coutumière et touristique qui a donné lieu à une cérémonie officielle le jeudi 3 août 2017 a été l’occasion pour Koffi Diby dit Koffi Dougbê II (chef central du village de  Yaofla, dans la commune d’Oumé) d’insister sur la nécessite d’encourager d’avantage  le brassage des peuples. « Nous avons appris beaucoup auprès des autres comme ils ont appris autant auprès de nous » s’est-il justifié.

Ce festival qui se veut  le creuset d’une société en quête de repères sera une tribune pour les chefs de villages de valoriser  22 motifs de pagnes dont 14 typiques au département d’Oumé. Des pagnes à base de cotonnade ou d’écorces d’arbres tendant à disparaitre et présentés au public lors de ce lancement.  L’histoire de ces pagnes d’appellation diverses dont  Kamondjè (pagne bourgeois de l’époque coloniale qui avait valeur de 10 esclaves et valant 1 boeuf aujourd’hui), Songlin, Biasso, Kpangbasso,  Katahua, Vatasso a été révélée à l’assistance.

« Il faut que cette science qui sait valoriser notre culture soit protégée. Chez le Kwéni, la culture du pagne était cachée. Il était interdit de les vendre. Mais nous avons plaidé auprès des anciens et des ancêtres afin que ces pratiques soient levées pour que nous pussions faire la promotion de ces pagnes.  J’ai parcouru 14 villages du département pour dénicher ces tisserins cachés. Après le festival, un siège va abriter la chefferie ainsi que les arts. Car le pagne est un élément identitaire chez les Kwéni » a plaidé le chef Dougbê II

Avant lui,  le président du comité d’organisation de « Vaka  2017», Sinkin-Bi Gando, maire-adjoint  à Oumé, a laissé entendre , « qu’aucun peuple, aucune nation ne doit ignorer son histoire ».« Malheureusement,toujours selon lui, beaucoup de nos valeurs socioculturelles et traditionnelles sont inconnues dans la galerie des souvenirs ».

« « Vaka » qui signifie en langue Gouro (ou Kwéni), réjouissance, gaieté, joie vient donc à point nommé pour rectifier le tire sans porter aucune entorse à la source, à la richesse socio culturelle du peuple Gouro », soutien-t-il.

Ce festival bénéficie du soutien du conseil municipal d’Oumé avec à sa tête le maire Assamoi Bi Konin Ferdinand et des députés de la circonscription que sont Touré Aya Virginie et Kouassi Bodi Théodore.

Plusieurs prestations de danses traditionnelles du terroir ont mis fin à cette cérémonie de lancement de « Vaka 2017 ».

Ehouman Brou Otniel 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *