Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
ÉCONOMIE

Café : La production ivoirienne en baisse , 200.000 tonnes visées d’ici 2020

Photo juste utilisée à titre d'illustration

« La Côte d’Ivoire vise en 2020 un niveau de production de 200 000 tonnes et un taux de torréfaction de l’ordre de 50% », cette information a été donnée par  le ministre ivoirien du commerce de l’artisanat et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba  le lundi 25 septembre 2017, alors qu’il représentait le Premier ministre lors de la cérémonie d’ouverture de 120ème session du conseil international du café qui s’est déroulée cette année en Côte d’Ivoire, précisément à Yamoussoukro.

En comparaison au tonnage enregistré à la même période, juin 2016, la production nationale actuelle selon Souleymane Diarrassouba se situe à 106 000 tonnes. Elle a donc évolué à la baisse. Cette baisse a en croire le ministre du commerce est dû à l’impact de la sécheresse qui a coïncidé avec la floraison du café. C’est donc un défi majeur que la Côte d’Ivoire doit relever avec ses partenaires traditionnels et les appuis de tous les amis.

« La problématique commune en la matière s’articule autour des stratégies à mettre en place pour que le café contribue de façon plus structurelle et plus importante aux PIB de nos Etats », a soutenu le ministre du commerce qui a exhorté les participants à tirer les leçons des fragilités actuelles observées dans les filières du cacao et de l’hévéa. Les stratégies devraient donc intégrer l’urgence nécessité de promouvoir autour de la culture du café une chaine de valeurs à forte rentabilité économique et financière profitable aux populations agricoles et aux économies nationales. « Produire certes, mais produire en tenant compte des défis, telle devra être la préoccupation à traiter », a exhorté Souleymane Diarrassouba avant d’annoncer l’ouverture de la session.

Yvane Méakou  

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *