Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SOCIÉTÉ

Côte d’Ivoire : 65% des élèves a déjà touché la drogue

Photo utilisée juste à titre d'illustration

« Selon une enquête que nous avons menée, sur 1200 élèves interrogés il y a au moins 65% qui ont une fois touché la drogue. Parmi ces 65% il y a près de 75% qui ont déjà consommé la drogue. Et dans ces 75% nous avons 3% qui ont besoin d’un traitement accéléré. Qui sont malades ». Ces révélations sont  de  Guessan Bi, chef de service éducation à la lutte contre la drogue et la toxicomanie (Seldt), à la direction de la mutualité et des œuvres universitaires en milieu scolaire(Demoss). Qui présidait à Yamoussoukro, la cérémonie d’ouverture des travaux d’un l’atelier initié au profit des membres du réseau des écoles confessionnelles chrétiennes de Côte d’Ivoire qui se déroule à Yamoussoukro.

Ouvert à Yamoussoukro lundi, il s’agira durant cette formation qui prend fin le vendredi 27 octobre 2017, d’outiller les responsables des écoles confessionnelles à mener un combat acharné contre le phénomène de la drogue et des stupéfiants qui gangrène les établissements scolaires. « Le président et tous les directeurs généraux du Rec-ci constatent avec vous les acteurs de terrain qu’un nombre important de nos enfants en sont victimes. Raison pour laquelle ils ont tenu à ce que notre ordre d’enseignement dans toute sa diversité soit à ce séminaire » a expliqué Kacou Innocent, représentant du père Jean Luc N’Dreman président du REC-Ci. Précisant que 4 élèves issus des écoles confessionnelles de Divo, Dabou et Abidjan pris en flagrant délit avec la drogue ont été exclus.

Le directeur régional de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Aboulaye Diako, dans son allocution qui a été le clou de la cérémonie d’ouverture a fait remarquer que le fléau touche tous les établissements y compris ceux du primaire.

« Malgré les améliorations depuis quelques années de nos résultats scolaires, force est de reconnaitre que les drogues et les stupéfiants sont de plus en plus présents dans nos écoles, depuis le primaire jusqu’au secondaire. Aussi devons nous constater qu’aucun de nos établissements dans les agglomérations n’échappe à ce fléau. Même les établissements les plus prestigieux de notre système éducatif n’échappe à ce fléau. Je suis à Yamoussoukro et aucune école n’échappe. Depuis le primaire jusqu’au secondaire » a déploré le directeur avant d’espérer en guise de conclusion qu’à travers le développement de son thème transversal   » La drogue les stupéfiants en milieu scolaire », ce séminaire

Aura un impact sur la société, sur l’école et conduira certainement au traitement de d’autres fléaux qui hélas minent le développement de l’école ivoirienne. Notamment le VIH /Sida, des violences en milieu scolaire, l’alcoolisme et le tabagisme.

Yvane Méakou

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *