Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SOCIÉTÉ

Côte d’Ivoire : A 1 jour de l’independance, des prisonniers s’offrent la liberté par évasion

Photo utilisée à titre d'illustration

La ville de Gagnoa dans le centre ouest de la Côte d’Ivoire a été secouée par une affaire d’évasion de prisonniers le dimanche 6 août 2017, veille de la célébration de la fête anniversaire des 57 ans ans d’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Selon les informations recueillies sur place, c’est autour de 10 heures que des coups de feu ont attiré l’attention des riverains des locaux de la prison civile qui pour certains, ont pu voir cinq hommes armés sur deux moto entrain de tirer des coups de feu en l’air.

Joints, les autorités ont indiqué qu’il s’agissait d’une évasion de prisonniers sans plus de détails.

Les évadés au nombre de 5, se serraient emparés d’ armes de gardes pénitenciaires pour réussir leur opération. Sorti de la forteresse  sur deux motos, à 3  sur l’une  et 2  sur l’autre, ces bandits ont longuement tiré des coups de feu en l’air, certainement pour couvrir leur fuite, avant de disparaitre dans la nature.

Les autorités compétentes devraient avoir ouvert une enquête pour comprendre les circonstances de cette évation et surtout mettre la mains sur ces quidams qui hument désormais l’air de la liberté.

Le 30 mars 2013, une cinquantaine de déténus avaient réussi à s’évader de cette même prison en créant un trou dans le mur de la prison à l’aide d’une hache récupérée dans le matériel de cuisine. Un avait été abattu dans leur fuite, 5 autres rattrapés et 43 avaient disparu totalement. La responsabilité de cette évasion a été imputée aux gardes pénitentiaires qui avaient en charge la surveillance du matériel et des détenus

Ehouman Brou Othniel

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *