Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
CULTURE

Côte d’Ivoire: Bangolo a vibré au rythme du festival Boya Goh

Une image du festival de Bangolo : Photo EVENTNEWS.TV

Les populations de la ville de Bangolo, dans l’ouest de la côte d’Ivoire ont vibré les vendredi 10,  samedi 11 et dimanche 12 novembre 2017 au rythme de la culture wê.  Leur cité abritait en effet la première édition du festival culturelle dénommé « Boya Goh ». Pour les festivaliers, c’est un véritable pari réussit par les organisateurs de cette fête dont l’objectif est de valoriser la culture du peuple wê en voie de disparition du fait du modernisme, du contexte sociopolitique et de bien d’autres aspects. Eu égard à l’affluence, à la qualité des groupes participants  et aux prestations artistiques, tous sont unanimes que pour ce coup d’essai, ce fut  un véritable un coup de maître.

Durant les trois jours, prestation d’artistes du terroir à travers des concerts géants les soirs, prestations des Glaés ( masques), des Kouis, des djis (les panthères), des danseurs de « Tematé »,  concours de chants traditionnels (Aloukou, Agbeman, les Oulè), concours de beauté dénommé « Guingnron », visite de sites touristiques dans le village de Gouégui et des conférences  animées par des anthropologues, ont animé la ville.  Un véritable menu condensé servi aux milliers de visiteurs ayant à cet effet effectué  le déplacement de  » la cite de la grâce’’. Le clou des trois jours de festivités a aucun doute été la prestation des « guirivoires » de Rose Marie Guiraud.

Pour Dominique Gnehi, président du comité d’organisation, nul n’a le droit d’ignorer sa culture. « Nous devons nous battre chacun à son niveau pour pérenniser notre patrimoine culturel pour les générations à venir. Raison pour laquelle nous les jeunes avons initié ce projet » a-t-il expliqué l’enjeu avant d’assurer la population que la prochaine édition sera encore plus belle et grandiose.

L’invité spécial du festival,  George Guerlish, premier secrétaire de l’ambassade d’Allemagne en côte d’Ivoire s’est dit très ému à la suite de cette organisation . Il a encouragé la jeune génération porteuse de ce projet novateur à ne pas baisser les bras. « valoriser votre culture pour vous-même d’abord afin de  la pérenniser et non pour que des personnes étrangères viennent la découvrir », a-t-il conseillé à la cérémonie d’ouverture du festival. A la tête du corps préfectoral du département, le préfet Chérif mamadou de Bangolo  a encouragé les initiateurs à prendre courage,  car a-t-il souligné, «  le chemin est long et la cause défendue est noble » . La participation de toute la chefferie traditionnelle du département à ces festivités a donné une note spéciale à leur réussite.

Yannick Tienebo

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *