Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
ÉCONOMIE

Côte d’Ivoire: Les Cajouculteurs s’engagent à assainir leur secteur

Une vue des Cajoculteurs à la sortie de leur assemblée à Katiola. / Photo EVENTNEWS.TV

La ville de Katiola a abrité le samedi 22 juillet 2017 la première assemblée générale extraordinaire de fédération nationale des cajouculteurs de côte d’ivoire (la Fenacajou-ci) . Les délégués régionaux de l’organisation étaient à cet effet arrivé de toutes les régions productrices de Côte d’Ivoire.

Il s’est agit pour les organisateurs de donner une nouvelle orientation à la fédération

A cette occasion, Soro Yaya, le président de la fédération a fait remarquer  que la tenue de cette assemblée s’inscrit dans un contexte où l’organisation connait des difficultés depuis quelques temps. « Il était donc nécessaire de réunir les membres, discuter et arrêter de grandes décisions » a-t-il justifier la rencontre

« Une organisation pour qu’elle atteigne ses objectifs, il faut qu’elle fasse des réunions. Marcher ensemble avec ses membres (…) Après des dissidences, il fallait qu’on se retrouve en assemblée générale extraordinaire pour réformer notre fédération parce que des gens se disent producteurs alors qu’ils n’ont aucune parcelle  de cajou. Qu’ils sachent que lorsqu’on est producteur, on doit être dans une localité où on produit la noix de cajou et non s’asseoir à Abidjan pour parler en notre nom (…) C’est pourquoi tous les membres qui composent mon bureau sont tous connus dans leurs différentes régions comme étant de véritables producteurs. Ils viennent d’au moins 10 régions dont le Gbêkê, le Hambol, le Bounkani, le Poro » a soutenu le président de la fédération, insistant sur le fait que ce sont les vrais Cajouculteurs qui peuvent assurer la bonne marche de la fédération

Avant lui, Touré Badiemin, président du comité d’organisation de cette assemblée générale a invité ses pairs à l’union et au travail bien fait afin de redorer l’image du producteur de la noix de cajou. « C’est grâce à ce produit que nous  pouvons aujourd’hui parler la tête haute. Je vous invite donc à maintenir la cohésion et l’unité en notre sein pour qu’on soit plus fort et défendre nos intérêts » a t-il plaidé à l’endroit de tous.

Créée depuis le 03 septembre 2016 à Korhogo, la Fenacajou-Ci compte à ce jour plus de 80 coopératives

Nesta Devinci

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *