Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
CULTURE

Côte d’Ivoire : Ouattara doit redonner à Awa Ehoura, sa dignité

Une photo d'archive de Awa Ehoura

Évincée de la télévision nationale ivoirienne (RTI) depuis 2011, pour  le simple fait d’y avoir  travaillé sous Laurent Gbagbo, la journaliste Awa Ehoura a plus besoin de retrouver sa dignité par le travail que des aides subsidiaires (250.000 F pour un traitement médical de 110.000 F mensuellement) que lui donnerait, dit-on, le gouvernement Ivoirien depuis 2012.

Mille et une fois donnée pour morte sur les réseaux sociaux et par les rumeurs abidjnanaises, la journaliste Awa Ehoura est bel et bien en vie. Quand bien même elle n’a plus sa splendeur d’antan. En raison de son état précaire de santé. L’ancienne directrice de la RTI vivra longtemps. Très longtemps comme le dirait un homme de Dieu.

Comme à leurs habitudes, les incrédules et arnaqueurs ont encore voulu profiter de l’image de la professionnelle de l’information pour duper l’opinion publique et s’en mettre plein les poches.

PUBLICITE

De quoi s’agit-il? Le pasteur, Fernand Dinde Agbo, et ami de la famille Ehoura, publie une photo d’Awa Ehoura, visiblement amaigrie. Le seul but de cette publication serait de montrer l’image d’Awa. Juste pour montrer aux yeux de ceux qui la donnent pour morte qu’elle a encore le souffle de vie. Une aubaine dont des crapules se sont saisis sur les toiles pour vouloir extorquer de l’argent au public au nom de la journaliste.

Au de-là du fait que de petits esprits malsains donnent par moments Awa Ehoura pour morte, sa situation sociale interpelle. De directrice de la RTI, Awa Ehoura se retrouve aujourd’hui sans emploi. Depuis 2011, elle a été débarquée de son poste par le pouvoir Ouattara, suite à la crise post-électorale.

Pour certainement la réduire à néant, ses comptes ont été gelés. Sans ressources véritables, c’est sa famille chrétienne qui lui tend la main dans un premier temps du côté de M’pouto où elle vit présentement dans un studio.

C’est en 2012 que le pouvoir Ouattara, selon sa petite sœur, journaliste elle aussi, a commencé à lui octroyer des aides subsidiaires. Aujourd’hui, faut-il le dire tout net, Awa Ehoura souffre plus du manque d’activité professionnelle que d’autre chose. Elle veut retrouver sa dignité par son travail. Le travail qu’elle sait faire. Le journalisme. Et Ouattata peut le lui permettre. Il suffit qu’il parle. Qu’il le veuille. Et ce sera.

C’est déjà bon de l’assister occasionnellement. Elle qui a déjà été une personnalité marquante en Côte d’Ivoire, combien de temps va-t-elle encore passer à tendre la main?   » Il vaut mieux apprendre à pécher à quelqu’un que de lui donner du poisson », dit un proverbe chinois.

Alors, si le pouvoir veut vraiment rendre service à l’ancienne patronne de la Maison bleue, qu’il lui permette de retrouver son travail. Pour qu’elle cesse de vivre de dons et de legs. La seule façon digne pour cette journaliste de retrouver le sens de la vie. Et la joie de vivre.

David Betty

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *