Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SPORT

Foot/ Qualification Mondial 2018 : Éléphants, opération commando à Bamako

Et vlan, c’est reparti avec les calculs de probabilités. La Côte d’Ivoire pour avoir négocié vilainement le virage gabonais et le cuisant échec à domicile (1-2) se retrouve avec des “si”. les Éléphants seront-ils capables à même de battre les Aigles du Mali à Bamako le 6 octobre 2017 et s’ouvrir la voie royale de “Russie 2018” face aux chérifiens le 6 novembre prochain ? au vue du jeu abracadabrant pratiqué par cette équipe, des ivoiriens croient à une qualification pour le mondial avec quelques pincettes. Mais à l’impossible nul n’est tenu.

La génération Drogba – à l’exception de leur première en 2005 où elle a souffert face aux Lions Indomptables du Cameroun – a  toujours composté son ticket du Mondial sans bruit, sans douleur et au calme. 2006, 2010 et 2014. Trois (3) participations aux phases finales de Coupe du Monde qui montrent combien la Côte d’Ivoire était entrée dans le cercle fermé des grandes Nations de football. Cette génération même si on peut la comparer à un loser, nous a fait rêver. Ce petit héritage de la bande à Drogba est en train de s’effriter. Malheureusement, si on n’y prend garde.

Jamais un entraîneur n’a en effet débuté sur le banc des Éléphants avec autant de fébrilités et de résultats catastrophiques. Quatre (4) matches pour une victoire et autant de défaites. C’était prévisible dès sa prise de fonction. Marc Wilmots le sélectionneur belge des Éléphants voulait chambouler le peu d’acquis laissé par ses prédécesseurs. Un remaniement de l’effectif qu’il a tenu à rajeunir avec en toile de fonds, un recrutement tous azimuts de joueurs binationaux. Seko Fofana milieu de terrain de l’Udinese (Série A Italie) de plus en plus pressenti au Milan AC au prochain mercato hivernal, l’attaquant Lyonnais Maxwel Cornet. Jean-Philippe Gbamin (Mainz, Allemagne), le colosse défenseur de Rennes Joris Gnagnon, Jérémie Boga etc.

Non content de substituer une équipe nationale à un banal club, et y effectuer son mercato et des joueurs pour la plupart moyens en Europe qui s’est d’ailleurs avéré contre productif, le coach belge s’est essayé à un jeu dangereux de remue-ménage unique dans les annales du football en inaugurant “Un capitanat qui fâche” : tout joueur sélectionné  peut s’offrir le brassard seulement s’il est le joueur le plus capé dans le onze de départ. Un critère inédit qui a eu le don de pourrir l’ambiance de la sélection avec des joueurs aux égos surdimensionnés. Une bombe à retardement que Salomon Kalou a fort justement réussi à désamorcer en volant sur les plates-bandes de Gervinho le titulaire du port de brassard.

Pour le prochain match du samedi 7 septembre 2017 contre le Mali, le sélectionneur a convoqué 24 joueurs, mais malheureusement comme c’est souvent le cas, il doit faire face à cinq (5) forfaits : le capitaine Gervinho (genou douloureux), Seydou Doumbia l’attaquant du Sporting Culb Portugal souffre d’une déchirure du tendon. Wilfried Bony est incertain, le milieu Jean-Michaël Séri (OGC Nice) a un problème à l’ischio-jambier et bénéficie d’un repos de dix jours. Et le latéral droit Adama Traoré (Goztepe) souffre des adducteurs. Tous ces joueurs inaptes sont passés à l’infirmerie. Coup dur pour Wilmots qui ne pourra pas non plus récupérer Wilfried Zaha et Max Gradel eux aussi indisponibles pour cause de blessures. « Depuis mon arrivée à la tête des Éléphants, on a toujours des joueurs qui sont blessés ou qui ne peuvent pas venir pour diverses raisons. Aujourd’hui encore c’est le cas » fulmine-t-il. Nicolas Pépé (Lille) et Mamadou Bagayoko (OM Louvain) viennent palier ces défections.

On espère au moins Wilmots capable de trouver une solution à ces absences et aligner une équipe commando à l’artillerie lourde au stade du 26 mars de Bamako. Vainqueur à l’aller 3 à 1, la Côte d’Ivoire n’a plus droit à l’erreur d’autant que son poursuivant immédiat le Maroc est à l’affût, guettant son moindre faux pas. Les Éléphants ont là une belle occasion de restaurer auprès du monde sportif, une crédibilité et une confiance en ruines.

Floriane MAKO

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *