Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SPORT

Foot/Qualification Mondial 2018 : Les Éléphants se compliquent la qualification à Bamako

Dans une rencontre où les coéquipiers de Serge Aurier, de nouveau auréolé du brassard de capitaine, ont multiplié les approximations. Une seule occasion en 90 min. Énorme ! En face, une sélection du Mali déjà éliminée, et qui jouait juste pour l’honneur, cela avait tout l’air d’une blague. Avec une telle équipe façonnée par wilmots  sous perfusion de victoire, la route du mondial s’éloigne de plus en plus pour la côte d’ivoire.

Du onze de départ aligné par Wilmots dans la soirée du vendredi 3 octobre 2017 : Gbohouo – Aurier, Bailly, Konan, Kanon – Dié, Kessié, Gbamin, Assalé – Cornet et Kodjia, on percevait un 4-4-2 qui se muait en un 4-5-1 avec en pointe Jonathan Kodjia. Une organisation de jeu qui s’est avérée inefficace et pauvrement imaginative au point de ne pratiquement jamais menacer l’arrière garde malienne.

Un milieu pourvu de 3 demis défensifs Serey Dié, Franck Kessié et Jean-Philippe Gbamin, lents dans la récupération. Pour le sélectionneur en alignant ces trois joueurs alter ego d’entrée, son objectif n’est pas moins que d’obtenir le nul. A-t-il oublié que c’est un match de qualification pour le Mondial ?

On l’aurait compris si son équipe avait un écart de points un peu plus en hauteur de son adversaire direct de la course à la qualification, le Maroc. Ce qui n’est pas le cas. Un seul point sépare les deux formations. Le coach belge aurait dû mettre en place une équipe offensive. Une attaque à outrance sans toutefois se découvrir, pour battre les Aigles. Au lieu de cela, Marc Wilmots nous a servi une pâle équipe, amorphe, incapable de prendre son destin en mains.

Quelle analyse faire de ce match terminé par un score nul (0-0)? Que des Aigles du Mali étaient maîtres du ballon, mais inoffensifs. Peut-être, une transversale et un coup-franc à bout portant détourné par Gbohouo. Et c’est tout. Nos pachydermes avaient là une occasion d’élever leur niveau de jeu, hélas ! Ils jouaient la peur au ventre. La seule véritable occasion de but a été provoquée par Salomon Kalou (86è), entré en cours de jeu à la place de Roger Assalé. L’attaquant du Herta Berlin élimine son vis-à-vis sur le côté droit de la défense malienne, essaie une ouverture pour un partenaire, à deux pas du goalkeeper. La balle ricoche sur les jambes d’un défenseur et se termine en corner.

Les Éléphants ont tout simplement été méconnaissables. Geoffroi Serey Dié n’a été que l’ombre de lui-même. Empiété depuis un certain temps dans un scandale extra sportif avec une sulfureuse artiste chanteuse de la place. Faisant la joie des magazines peoples, allant jusqu’à créer le buzz sur les réseaux sociaux. Ceci explique cela. Aurier a passé son temps à balancer une dizaine de ballons dans les nuages. Que dire de Jean-Philippe Gbamin ? Ce jeune joueur à première vue a le physique de l’emploi ? Mais déçoit à chacune de ses sorties par des prestations en dents de scie.

Au vu de ses productions “flemmards” où il ne met pratiquement pas le pied, les sportifs ivoiriens sont surpris qu’il bénéficie de la confiance du coach. Non franchement, il n’a pas sa place dans cette équipe. Idem pour l’autre binational Moussa Sanogo, un vrai spécialiste des pertes de balle. Le Milanais Franck Kessié n’apporte plus grand-chose depuis belle lurette dans l’entre-jeu. L’attaquant Jonathan Kodjia a le plus souvent plus été sifflé hors-jeu, oubliant son rôle d’attaquant baroudeur… bref nous avions encore une fois assisté le vendredi 6 octobre à Bamako à un naufrage collectif.

Le Maroc qui de son côté a maté le Gabon 3 à 0 le samedi soir, avec notamment un triplé de Khalid Boutaib, s’ouvre le chemin de la qualification. L’attaquant chérifien bien avant le match était vomi par tout un peuple. En tueur de Panthères, il s’est totalement réconcilié avec son public. Hervé Renard, la vieille connaissance du Club Ivoire a marqué un point psychologique en vue de l’éventuelle  bataille d’Abidjan entre Eléphants et Lions de l’Atlas du Maroc en novembre prochain. Une finale que la Côte d’Ivoire doit impérativement gagner alors que les visiteurs n’auront besoin que d’un nul. Cette Poule C n’a pas encore fini de livrer son secret.

Floriane MAKO

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *