Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SPORT

Francophonie/ Football : Les Éléphanteaux comme à Nice

La 7ème édition des Jeux de la Francophonie n’avait pas souri aux Éléphanteaux à Nice(France) en 2013. Quatre ans plus tard, ils connaissent la même fortune. Face au même adversaire, le Maroc.

Même adversaire. Même compétition. Même résultat. Les Éléphanteaux n’ont pas de réussite aux Jeux de la Francophonie. Comme en 2013 à Nice en France, ils ont disputé la finale des 8èmes Jeux ce dimanche au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. Après un nul(1-1) au temps réglementaire, les Lionceaux se montrent plus réalistes aux tirs au but (7 – 6).

A peine le match entamé que les jeunes Marocains embouchent, les premiers, les trompettes. Ils ouvrent le score dès la 10ème minute. Les garçons du coach Kamara Ibrahim courent après l’égalisation jusqu’à la pause. En vain. Ils l’auront en seconde période(1-1). Les deux formations auront tenté le tout pour le tout pour faire la différence avant la fin de la partie. Elles n’y parviendront pas.

C’est à l’épreuve fatidique des tirs au but que les « enfants » du Roi Mohamed 6 vont s’offrir le Graal pour la seconde fois consécutive après le trophée brandi en 2013 à Nice.

La revanche tant ruminée par les Éléphanteaux n’aura pas eu lieu. La fin du rêve d’un jeune groupe. La fin de toute la compétition aussi. Une fin qui appelle un bilan. Un bilan sportif de la Côte d’Ivoire. Un bilan organisationnel aussi. Économique, voire politique.

David Betty

 

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *