Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SPORT

Jeux de la francophonie : 53 nations et 4 000 athlètes attendus à Abidjan

La mascotte des 8ème jeux de la Francophonie

Les huitièmes jeux de la francophonie débutent ce vendredi ( le 21 juillet 2017)  alors que les inquiétudes restent fortes quant à la situation sécuritaire dans le pays.

Balai à la main, bottes aux pieds, une armée de balayeuses s’active dans les rues d’Abidjan. Il s’agit de faire place nette. Illuminations taille XXL sur les tours du Plateau au centre de la capitale économique, nouveau bitume sur les principaux axes, peinture fraîche : la Côte d’Ivoire veut se parer de ses plus beaux atours pour ces huitièmes jeux de la francophonie.

Depuis la fin de la crise en 2011, c’est la première fois que le pays accueille un événement international de cette importance. 4 000 athlètes venus de 53 pays sont attendus pour s’affronter sur un terrain tant sportif que culturel. Au programme de ces dix jours de compétition : de l’athlétisme, du basket-ball, de la lutte africaine mais aussi du hip-hop, de la jonglerie et de la sculpture.

Dernière main

Pour l’événement, plusieurs sites ont été rénovés comme le stade Felix-Houphouët Boigny ou le palais de la Culture. Mais le grand chantier a eu lieu à l’Institut national de la Jeunesse et des sports (INJS), à Marcory, où des gymnases et des terrains cohabitent avec des maquis – des restaurants populaires – et une boîte de nuit spécialement aménagée en bord de lagune. Une vingtaine de préfabriqués destinés à héberger les athlètes ont également été construits. « Tous les travaux ont été lancés il y a huit mois, on ne compte plus les nuits blanches que nous avons passées. Il faut mesurer le travail accompli. », explique Baba Coulibaly, le chargé de communication du ministre chargé des Jeux, le gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré.

Mali, Niger, Canada… facilement reconnaissables à leurs maillots floqués au nom du pays et à leurs gros sacs de sports, une à une, les délégations arrivent à l’INJS. Mais tandis que les athlètes s’échauffent sur les rectangles verts, les ouvriers s’activent au bord du terrain. Rafistolages électriques, marteaux piqueurs, à la veille de la cérémonie d’ouverture des jeux, il reste encore beaucoup à faire. « Nous sommes en Afrique ici ! Pour habiter une maison, nous n’avons pas besoin que la dernière couche de peinture soit passée. Il y a les murs, un peu d’eau, de l’électricité, tu peux y habiter ! », se justifie Baba Coulibaly, et d’assurer : « Nous sommes prêts pour le début de la fête, il n’y a aucune inquiétude à avoir. »

Inquiétudes sécuritaire

Pourtant, depuis quelques jours, les interrogations ne manquent pas dans la tête de certains membres des délégations. Alors que plusieurs dizaines d’officiels sont attendus, la situation sécuritaire semble loin d’être complètement maîtrisée. Après les mutineries qu’a connu la Côte d’Ivoire en janvier et en mai, de nouveaux troubles ont eu lieu le week-end dernier à Abobo, un quartier d’Abidjan, et à Korhogo au nord du pays, faisant au moins trois morts. Mercredi 19 juillet, des hommes armés ont fait irruption à l’école de police, en plein centre d’Abidjan, rackettant et tirant en l’air, ainsi qu’à Yopougon.

Chez plusieurs responsables sécuritaires, la crainte de nouvelles violences est forte durant ces jeux. 10 000 policiers, gendarmes et militaires ont été déployés pour tenter d’éviter tout incident.

Jeune Afrique                                                                                                                                                                                                                                  www.jeuneafrique.com

 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *