Let us encounter reality: It is quite difficult to write down a dissertation. Naturally, it’s the hardest cardstock throughout the uk. So, if you are given this task, it’s definitely common to dislike this document and sense annoyed. These complaints could easily provide you a headache, and however you can not write a dissertation using a headaches. You should concentrate on this cardstock with total enthusiasm or maybe you can expect to suffer from badly. Over the past semester, I recognized my exploration curiosity and looked for distinct research problems i always want to create my dissertation about. Trying to find research to back my assertions by evaluating detection of key publications, selection information, previous dissertations on the subject, bookshelves in libraries managed to get pretty daunting. Like a experts college student, we are expected to develop dissertation writing using a study problem, I have a break and wander around the university. Also i meet up with my friends and speak about the problem and recognize their point of view. I needed time to give it some thought and do some brain mapping to handle the difficulty.
SPORT

Taekwondo : Cheick Cissé, le monstre du Taekwondo renaît

Normalement, et malgré sa jeunesse (25 ans), il devrait postuler au rang du plus grand athlète ivoirien de tous les temps. En occident où les meilleurs sportifs sont portés au pinacle sans qu’on ne tombe dans le favoritisme. Sous nos tropiques, le foot étant considéré comme le sport roi, les ivoiriens sont moins regardant sur les autres disciplines sportives dites sports mineurs. Spectre perdu donc entre deux mondes parallèles. Il faudrait peut-être revoir et valoriser la qualité des hommes qui font le sport éburnéen, parce qu’avec ce talent fou, et sa discipline le taekwondo ivoirien qu’il a mis au devant de la scène mondiale et qui rapporte chaque année autant de lauriers pour la Côte d’Ivoire, il est incompréhensible qu’il ne soit pas au niveau des Didier Drogba, Yaya Touré et autres footeux dans ce qu’on a tendance a nommé la starisation et pourtant…

Avec cet éclair de génie dont il a illuminé l’année 2016. Entre lui et les autres athlètes, il existe toujours un fossé. Un monde. Un univers. Double champion d’Afrique (catégorie -80 kg) et de nombreux autres grands prix glanés à travers le monde. Cheick Cissé Sallah Junior alias Polozo puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait réussi à effacer une anomalie de notre histoire. Lorsqu’à Rio de Janeiro, il a éclipsé la médaille d’argent de Gabriel Tiacoh vieille de 32 ans.

Après avoir fait le vide autour de lui pendant les qualifications, Junior s’est hissé en finale. Et quelle finale ? Mémorable ! Elle fut dominée de bout en bout par le champion Britannique Lutalo Muhammad. Il ne restait plus qu’une seconde à jouer. C’est pénible, et malgré tout, le natif de Dar-Es-Salam (Bouaké) a décidé de jouer son va-tout : Il a placé un peu plus haut. Le pied. Juste sur la joue. Une audace, qui avait valeur d’une gifle. Le tableau d’affichage clique : 8 à 6. Le Britannique n’en revient pas et son camp, dans le désarroi. L’ivoirien hurle, court dans tous les sens. La salle exulte. C’est fini. La Côte d’Ivoire venait de remporter sa 1ère médaille d’Or Olympique de son histoire. Fantastique ! C’est cette même médaille d’or qui l’a sacré par la suite Athlète Africain de l’Année 2016.  Depuis, silence radio. En fait Polozo s’est trouvé une autre vocation sur le petit écran. Une sorte d’homme-sandwich, tournant pour une pub d’une bière non-alcoolisée. Par la suite le champion olympique accumule les contre-performances, allant jusqu’à échouer lamentablement au championnat du monde à Muju 2017 en Corée du Sud. Alors que sa partenaire de la sélection Ruth Gbagbi s’était hissée sur le toit du monde des -62kg. A ces moments de doutes, les sportifs ivoiriens ne reconnaissaient plus le pimpant Cissé. Le monstre du taekwondo éburnéen a cravaché dur pour revenir au sommet.

Une fin de saison 2017 “clean sheet” qui débute de la plus belle manière au Royaume-Uni à la faveur du Grand Prix de Londres (20 au 22 octobre). Cheick Cissé domine en finale le Russe Maksim Khramtcov 14 à 11 et retrouve toutes ses sensations, ses prouesses techniques toujours mémorables, assure le spectacle et se couvre d’or, sa denrée la plus prisée.

Avec le regard hautain et l’audace qui le caractérise, la perle ivoirienne scrute déjà l’horizon et se fixe même un objectif, les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Alors que d’autres grands challenges l’attendent dans l’immédiat. De toutes les façons, les sportifs ivoiriens ne sont pas inquiets et n’ont pas besoin de se faire une idée du potentiel du jeune prodige toujours intact. Pas dupe, celui qui se veut le meilleur sportif de sa génération continue donc de porter haut l’étendard du sport Eburnéen en raflant toujours autant de médailles lors des grands prix. Ses exploits traverseront forcément des générations et alimenteront les passions les plus folles. Cheick Cissé Sallah Junior dit Polozo s’est déjà forgé une légende tout simplement.

Floriane MAKO

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *