SOCIÉTÉ

Bouaflé : Mine d’or de Yaouré / Le ministre Jean Claude Kouassi visite les travaux de construction de la nouvelle usine

Le ministre des Mines et de la Géologie, Jean Claude Kouassi a visité, le jeudi 24 octobre 2019, les travaux de construction de la mine d’or de Yaouré, dans le département de Bouaflé. Cette visite s’inscrit dans le cadre du contrôle et du suivi des activités des sociétés minières attributaires de permis d’exploitation. L’objectif était de constater l’état d’avancement du projet de construction, mais aussi d’ encourager la société Persus Mining de Yaouré à respecter ses engagements.

Cette visite a également permis d’inviter les chefs de villages et de terre des localités impactées par le projet à entretenir de bons rapports avec la société. Jean Claude Kouassi a par ailleurs indiqué, que l’emploi des jeunes locaux et la remise de 0,5% du chiffre d’affaires annuel au comité local de développement minier (CLDM) pour la réalisation de projets de développement communautaire est une réelle opportunité. Aussi demande t-il aux chefs de village et de terre de tout faire pour amener les populations encore réticentes à accepter d’être le dédommagement à hauteur de 700.000 francs CFA par hectare de terrain, en plus des lieux sacrés, des cultures et des constructions déjà indemnisés. Il les a rassuré de ce qu’un fonds séquestre permettra de réhabiliter le site après exploitation. Les chefs de village ont pour leur part souhaité que l’entreprise tienne ses engagements relative au recrutement des jeunes et des femmes de la localité.

Selon le directeur du projet, Mathieu Scully, la future usine de la mine d’or de Yaouré, d’une capacité de production de 3 millions de tonnes de minerai (La roche extraite et traitée) donnera 6 tonnes d’or par an. Le premier lingot d’or sera coulé en janvier 2021. Le taux de réalisation du projet qui est de 15% en ce moment, prévoit un investissement estimé à 140 milliards francs CFA. Ce sont 1000 hectares de terrain qui seront pour cela exploités. L’entreprise prévoit ainsi, la construction d’un poste de gendarmerie, une cité de 300 à 400 logements comme base-vie pour les travailleurs de la mine et de l’entreprise qui seront sur le site minier. En matière d’emploi, plus de 1000 personnes sont attendues et 400 sont déjà en activité. A terme, ce sont 1200 emplois directes durables qui seront créés, et des centaines d’emplois indirects. Il est envisagé également la formation des jeunes locaux non qualifiés dans plusieurs domaines dont la soudure et la menuiserie.

Doumbia Balla Moïse

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire