POLITIQUE

Bouaké: Célébration de l’indépendance. Loboué Michèle, préfet par intérim “Tout se passe comme si Bouaké est un no man’s land”

La célébration du 58ième anniversaire de l’indépendance de la côte d’ivoire le 07 Août 2018 à Bouaké à été marquée par un message fort du préfet par intérim madame Loboué née michèle Hortense Amani. Dans son adresse la représente du chef de l’Etat s’est appesantie sur les actes d’incivisme. ” L’amour de la partie commande que nous ayons des comportements responsables. C’est pourquoi, nous devons nous engager à combattre l’incivisme à Bouké ” a indiqué madame la préfète par intérim.
Expliquant q’une frange importante de la population est réfractaire à tout changement, hostile à la mise en exécution des mesures si elles ne lui sont pas favorables, madame Loboué a signifié que cette frange n’hésite pas à saccager et à piller les édifices publics et privés quand l’occasion se présente à elle. Des barricades sur les voies de circulation pour manifester un mécontentement plutôt que d’utiliser les moyens légaux de revendication sont devenues monnaie courante. Elle soutien que beaucoup d’habitants de cette ville éprouvent de réelles difficultés à respecter les lois. Ce qui d’ailleurs laissent voir au quotidien des violations du code la route, des feux tricolores au grand dam des forces de l’ordre. Aussi a -t-elle déploré l’occupation anarchique des domaines publics. Pour elle “tout se passe comme si Bouaké est un no man’s land”.
Toute fois elle s’est voulue rassurante “Certes la crise a favorisé certains comportements déviants, mais la crise ne saurait tout expliquer. Il est par conséquent temps que Bouaké, vue comme ville rebelle, comme une ville à part change. Elle ne doit plus faire peur, il est temps que chacun de nous crée les conditions d’un vie paisible et sereine, en mettant tout en oeuvre pour que Bouaké soit une ville où il fait bon vivre” a souhaité la remplaçante du préfet Konin Aka. Elle a enfin rappelé que Bouaké tout comme la Côte d’Ivoire a souffert des affres de la guerre. Aujourd’hui; elle a juste besoin, tout comme la côte d’ivoire de stabilité et que les fils et filles se mettent au travail pour le développement économique et social.
Nesta Devinci

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire