SOCIÉTÉ

Crise politique en Côte d’Ivoire: Déclaration des sages de la diaspora ivoirienne de France (COSADIF)

La Confédération des Sages de la Diaspora Ivoirienne de France (COSADIF) et les associations ivoiriennes de France ont dans une déclaration appelé les leaders poliques ivoiriens à la recherche de la paix

Ivoiriens, ivoiriennes, chers frères et sœurs,

Depuis quelques jours notre pays traverse une situation tragique, face à laquelle la Confédération des Sages de la Diaspora Ivoirienne de France (COSADIF) et les associations ivoiriennes se sentent interpellées.
La COSADIF qui est un espace de dialogue pour promouvoir la cohésion sociale, la solidarité agissante et le progrès économique au sein de la diaspora ivoirienne en France, en union avec des Associations Ivoiriennes en France :

L’APIF : L’Amicale des Pasteurs Ivoiriens en France, représentée par. Les Pasteurs :
Alexandre BLAHOU,
Marius DAKOURI, Thierry GNAMIEN
Les associations religieuses musulmanes de France.
Le COSIM France : Conseil Supérieur des Imams Ivoiriens de France. Représentée par Imam KOUYATE Ahmed.
Le CNI France : Conseil National Islamique, représentée par Imam BALLO Siaka.
La LIPCI France : Ligue des Prédicateurs de Côte d’ivoire en France, représentée par DR TOURE Losseni.
L’association : TPLP (Tout Par Le Peuple)
Représentée par : M. Serge Ake Rahim LOBA.
La COSADIF est grandement outrée par les récents évènements…, une situation alarmante, angoissante, que vivent nos familles au vu et au su de tous.
La COSADIF et les associations précitées voudraient s’incliner devant toutes les victimes de cette énième crise. Elles présentent leurs condoléances à toutes les familles éplorées et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés.

La COSADIF ainsi que toutes les associations ici représentées sommes d’autant plus dans le désarroi, que tous les troubles : les violences, les atrocités, les assassinats et les dispositions, ne sont que les preuves palpables et tristes de l’échec de la classe politique ivoirienne, en dépit de nombreuses années d’exercice.

La course vers des dérives graves a atteint un niveau inquiétant. Nous appelons les uns et les autres, hommes politiques, leaders religieux, chefs traditionnels, hommes et femmes, vieillards et jeunes à se ressaisir rapidement, pour arrêter le nombre de morts qui ne cesse d’augmenter car un mort de plus serait de trop.

Nous invitons chacun au sursaut et à la fierté nationale. Nous appelons notamment nos hommes politiques de tous bords, afin de prendre toutes les dispositions pour aller au dialogue et trouver toutes les solutions non violentes, mais pacifiques, et faire revenir la quiétude, la cohésion, la paix dans notre pays.

Nous interpellons également nos têtes couronnées garantes de nos valeurs ancestrales, et de nos us et coutumes, pour leur signifier notre préoccupation, afin de les exhorter à s’impliquer fortement dans cette recherche de la paix, par d’avantage de conciliabules au sein des populations et auprès de la classe politique.

Il n’est pas trop tard pour bien faire.

Par conséquent, qu’ils prennent donc leur bâton de pèlerin pour désamorcer cette bombe qui est sur le point d’exploser.
Au fait, pouvons-nous, nous interroger ? Quel mérite y a-t-il, chaque décennie, à transformer les rendez- vous électoraux en période d’accumulation de toutes les peurs dans les esprits et le cœur des ivoiriens ?
Peut-on œuvrer, pour nous affranchir de ce cycle de violence décennal que nous trainons depuis trente ans ?

La COSADIF répond “oui”, car c’est cela son profond et sincère souhait. La COSADIF volt cet avenir paisible pour la Côte d’Ivoire, car la COSADIF sait pouvoir compter sur le bon sens et le patriotisme de tous ceux qui vivent sur le sol ivoirien.”

– Oui, servez-nous, pour l’avenir de notre nation, autre chose que ces décors de désolation, en vous inscrivant résolument, vous, hommes politiques, dans la voie du dialogue pour circonscrire jamais, ce mal endogène de la haine.

La maitrise de soi, en toutes circonstances, doit être la vertu que nous devons développer et nourrir, pour nous préserver de tout excès.
C’est ensemble que nous avons bâti ce beau pays, la Côte d’ivoire, C’est ensemble que nous pouvons la garder dans la paix. Ne la détruisons pas.

Le bâtisseur de la nation ivoirienne, feu son Excellence Felix HOUPHOUET Boigny, premier Président de la République de C6te d’Ivoire, nous a doté d’une fondation pour la recherche de la paix, cela devrait nous servir pour la quête d’une paix durable, faciliter le vivre ensemble par l’éducation de la culture de la paix et participer a sa consolidation, car disait-il : A La paix n’est pas un vain mot, mais un comportement ».
Cette culture de paix doit se traduire concrètement dans les attitudes, les intentions, les discours, et les actes bienveillants des hommes politiques d’abord puis de la population toute entière ensuite.

Ainsi, la libération des prisonniers politiques constituerait un levier dynamique pour amorcer une baisse des tensions.

Permettre, a la faveur de cette ouverture, la mise en œuvre d’un dialogue autour d’une table de discussion pour aller vers un consensus national, gage de la recherche d’une voie vers la Paix.
Fiers ivoiriens, si nos aïeux ont dans cette paix ramène la liberté, it est de notre devoir de faire autant, sans effusion de sang.

Aussi, le pays nous appelle à l’unité, à l’écoute, au dialogue, et a la réconciliation qui reste pour nous un véritable facteur de développement harmonieux d’un pays comme le désiré notre chère Cote d’Ivoire.

Que la Paix de Dieu vienne sur nous tous ! Vive la Côte d’Ivoire !
Je vous remercie.

Fait à Aubervilliers le 14 Novembre 2020

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire