AFRIQUE & MONDE

USA: Première musulmane et réfugiée africaine au Congrès

Plusieurs candidats promettaient d’entrer dans l’histoire, et certains d’entre eux l’ont fait. À l’occasion des midterms 2018, les élections de mi-mandat auxÉtats-Unis, plusieurs barrières ont sauté dans un pays où les tensions liées aux minorités ont été exacerbées par l’élection de Donald Trump.

Si la « vague bleue » dont rêvaient les démocrates pour contrer la politique du président américain s’est avérée bien plus timide qu’espérée, plusieurs visages ont émergé à l’occasion de ce scrutin, offrant à l’Amérique un visage plus ouvert et apaisé que ce que les excès de Trump ou de ses soutiens donnent à voir.

De la première Amérindienne à accéder au Congrès au premier gouverneur ouvertement gay, découvrez ci-dessous la liste de ces candidats qui ont fait sauté les barrières aux États-Unis.

Jared Polis, le premier gouverneur ouvertement gay des États-Unis

Jared Polis salue la foule avant une intervention de Bernie Sanders à l'Université du Colorado, le 24 octobre.

La politique, Jared Polis la connaît depuis maintenant une vingtaine d’années. Il a pourtant franchi un cap historique ce 6 novembre, en devenant le premier gouverneur ouvertement gay des États-Unis. Déjà élu du Colorado à la Chambre des représentants, le démocrate a vaincu son adversaire républicain Walker Stapleton.

Entrepreneur et philanthrope, engagé pour l’éducation et le soutien aux anciens combattants, le millionnaire Jared Polis est le troisième plus riche membre du Congrès, d’après ForbesIl avait dépensé 20 millions de dollars de sa propre fortune pour sa campagne -7 millions de plus que son adversaire, selon NBC. En couple et père de deux enfants, Jared Polis devient le 2e gouverneur issu de la communauté LGBT après Kate Brown, gouverneure bisexuelle de l’Oregon.

Ilhan Omar, première musulmane et réfugiée africaine au Congrès

Ilhan Omar à son QG de campagne de Minneapolis dans le Minnesota, le 26 octobre.

Ilhan Omar raconte une histoire d’ascension on ne peut plus actuelle. Née à Mogadiscio en Somalie, installée dans un camp de réfugiés au Kenya à partir de ses huit ans pour fuir la guerre civile, elle arrive aux États-Unis avec ses parents à l’âge de ( …..)

Retrouvez cet article sur le Huffington Post