SOCIÉTÉ

Affaire déchets toxiques / Les victimes annoncent des sit-in éclatés à Abidjan

Le président du Réseau national des victimes des déchets toxiques  pour la défense de leurs droits (Renadvidet- CI) M.Koffi Hanon Charles  a animé une conférence de presse le mercredi  16 mai 2018 à Adjamé . Il a annoncé à cette occasion  l’organisation de   ‘’sit- in éclatés  illimités’’  à partir du jeudi 24 mai 2018  devant plusieurs structures étatiques à Abidjan pour exiger l’arrestation de ceux qui ont détournés l’argent des victimes des déchets toxiques.

‘’ Nous voudrions vous rappeler que l’Etat est tenu de prêter son concours à l’exécution des jugements et autres titres exécutoires et que le refus et la carence entraînent sa responsabilité qui ouvrent droit à réparation. Nous sommes bénéficiaires d’une décision de justice pénale confirmée en appel et dont l’exécution n’est toujours pas entamée depuis deux ans.’’

A déploré le conférencierAvant de déclarer que face à ce constat les victimes ont décidé de réagir à travers l’organisation de sit in éclatés devant plusieurs structures à Abidjan. Et pour cela il dit avoir adressé un courrier au Préfet d’Abidjan  depuis le 07 mai 2018, pour l’informer dont copie nous a été donné. Dans ce courrier il est mentionné ceci.   ‘’  Nous venons par la présente, vous informer que le Jeudi 24 Mai 2018 à partir de 10H et ce, jusqu’ à nouvel ordre, nous organiserons simultanément des sit-in pacifiques devant le Palais de justice à Abidjan-Plateau, l’Inspection Générale des Services Judiciaires et devant la Haute Autorité Pour La Bonne Gouvernance sis respectivement au Plateau et à Cocody pour exiger l’exécution des condamnations pénales contenues dans l’arrêt N°645/16 du 27 Juillet 2016 passé en force de chose jugée irrévocable.’’ Il s’agit  Notamment de  l’arrestation des coupables  du détournement de la somme de 4,65 milliards Fcfa destinée  à l’indemnisation de plus de 6 mille victimes des déchets toxique, Gohourou Claude, Koné Cheick Oumar et leurs complices qui sont en liberté malgré leurs condamnation .

 

Albert Zatté

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire