AFRIQUE & MONDE

Artiste, écrivaine, réalisatrice, activistes… Qui sont ces petits prodiges africains?

De gauche à droite, Erica Tandoh alias DJ Switch, Waris Kareem et Zuriel Oduwole, de très jeunes Africains qui comptent déjà. (AP/SIPA)

Leurs noms riment déjà avec talent et engagement, alors qu’ils sortent à peine de l’enfance.

Ils s’appellent Stacey Fru, Waris Kareem ou encore DJ Switch. Ces jeunes Africains, armés de leur seul talent, améliorent leur quotidien et celui de leurs jeunes compatriotes. Ils s’inscrivent dans la lignée du Malawite William Kamkwamba, qui a construit une éolienne dans son village à l’âge de 14 ans (son histoire est devenue un film réalisé par le Britannique Chiwetel Ejiofor) ou encore du Sierra-Léonais Kelvin Doe, alias DJ Focus. Outre la radio qu’il a créée, l’adolescent a réussi à fabriquer des batteries et des générateurs électriques à partir d’objets récupérés pour pallier l’insuffisance d’électricité dans son pays. En 2012, à 15 ans, il fut invité par le MIT (Massachusetts Institute of Technology), la prestigieuse université américaine .

DJ Switch, djette et activiste (Ghana)

DJ Switch, alias Erica Tandoh, au gala de l\'ONG Room To Read 2019 à New York, le 16 mai 2019.  
DJ Switch, alias Erica Tandoh, au gala de l’ONG Room To Read 2019 à New York, le 16 mai 2019.   (MIKE COPPOLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le talent d’Erica Armah-Bra Bulu Tandoh, aka DJ Switch Ghana, se découvre aujourd’hui au-delà des frontières ghanéennes. Roc Nation, le label du rappeur américain Jay-Z, lui a rendu hommage et elle s’est récemment produite avec Wyclef Jean. Que ce soit en Amérique du Nord ou en Afrique, où elle animait à Addis-Abeba (Ethiopie) un des événements en marge du sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine en février 2019, elle impressionne.

Son talent est né d’une envie, celle de participer à Talented Kidzun concours dédié aux enfants. Erica Tandoh pense faire de la poésie, mais sa mère lui suggère une discipline plus inattendue. Cette dernière, qui a remarqué l’intérêt de sa fille pour la musique, lui offre alors les services d’un DJ professionnel. La maman d’Erica a eu du flair : sa fille est effectivement douée. A neuf ans (elle est née le 12 décembre 2007), DJ Switch remporte la 8e édition du fameux concours en 2017

Cette année-là, le Ghana célèbre le 60e anniversaire de son indépendance. Pendant l’une de ses prestations, DJ Switch mixe alors sur les chansons des années 60 dans lesquelles les musiciens rendent hommage à leur pays. A l’instar des jurés de Talented Kidz, elle conquiert le cœur de ses compatriotes. En 2018, elle devient la plus jeune personne à décrocher le Discovery Award aux Ghana DJ Awards. Elle est aujourd’hui très sollicitée dans son pays et en dehors. En 2018, elle a ouvert et clos le gala Goalkeepers de la Fondation Bill & Melinda Gates, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Elle y a croisé, entre autres, le président français Emmanuel Macron.

DJ Switch a également rencontré la mannequin britannique Naomi Campbell qui lui a conseillé de pas négliger son éducation, a-t-elle confié au média ghanéen One Love Ghana TV, ce dont elle est déjà consciente. La fillette milite pour que les enfants aillent à l’école, l’une des missions de sa fondation. Pour sa part, Erica Tandoh souligne dans un portrait que lui a consacré la BBC qu’être DJ est une « passion », mais qu’elle souhaite devenir gynécologue pour « aider les femmes ».

Waris Kareem, artiste (Nigeria)

Waris Olamilekan Kareem et le président Macron, dont il a réalisé le portait le 3 juillet 2018, au New Afrika Shrine à Lagos, au Nigeria.
Waris Olamilekan Kareem et le président Macron, dont il a réalisé le portait le 3 juillet 2018, au New Afrika Shrine à Lagos, au Nigeria. (SUNDAY ALAMBA/AP/SIPA)

Né le 14 mars 2007, Waris Olamilekan Kareem, alias Waspa, est considéré comme le plus jeune artiste hyperréaliste (courant artistique qui consiste à reproduire un sujet à l’identique) du Nigeria. Sa vie quotidienne, précaire avant qu’il ne soit médiatisé notamment par la chaîne nigériane TVC Nigeria, est l’une de ses principales sources d’inspiration. Selon ses parents, il a choisi très tôt sa voie tout en étant un élève intelligent et studieux. Ses premières œuvres ont été des reproductions de personnages de dessins animés. Pris en charge par une académie à Lagos, Ayowole Art Academy, il s’y est formé pour perfectionner son trait.

Le jeune homme, qui a depuis réalisé un portrait du président Emmanuel Macron en deux heures lors de sa visite officielle au Nigeria en 2018, est désormais une star. Dans un reportage que lui a consacré TVC Nigeria, Waris Olamilekan Kareem souligne qu’il veut être reconnu de son vivant. A contrario de nombreux artistes, dont le talent n’a été salué qu’à titre posthume.

Stacey Fru, écrivaine et activiste (Afrique du Sud)

La jeune Sud-Africaine a reçu en mars 2019 des mains du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, sa première distinction internationale lors d’un forum mondial dédié à la jeunesse organisé au Caire. Stacey Fru, née le 16 février 2007 à Johannesbourg de parents camerounais, est une personnalité en Afrique du Sud.

Elle est la plus jeune auteure du pays : Stacey Fru a publié son premier livre, Smelly Cats, à l’âge de 8 ans. Le livre a été distingué en 2016 par la National Development Agency (NDA), une agence publique sud-africaine en charge de la lutte contre la pauvreté. Au total, la (très) jeune femme a publié cinq livres. Son dernier, Where’s Tammy ? (Où est Tammy ?), dont le sujet est le trafic des enfants, est annoncé pour juillet 2019.

Grâce à sa fondation, Stacey Fru milite aujourd’hui pour l’alphabétisation des enfants à travers la littérature. La fillette est la plus jeune ambassadrice de la section sud-africaine de l’ONG Save The Children.

Zuriel Oduwole, réalisatrice et activiste (Etats-Unis)

Zuriel Oduwole, le 17 septembre 2017, au Printemps Solidaire à Paris.
Zuriel Oduwole, le 17 septembre 2017, au Printemps Solidaire à Paris. (PAUL GYPTEAU / AFP)

L’adolescente américaine, qui a vu le jour le 24 juillet 2002, a réalisé son premier film, un court métrage documentaire sur la révolution au Ghana (The Ghana Revolution), à 9 ans. Elle a alors l’occasion de s’entretenir avec deux anciens dirigeants du pays, Jerry Rawlings et John Kufuor, rapporte un article de Forbes Africa publié en 2013. Interviewer des personnalités qui comptent dans leur domaine, notamment des leaders politiques, est devenu la spécialité de Zuriel Oduwole. Elle en a rencontrées une trentaine dont beaucoup en Afrique. Le continent l’intéresse : ses parents en sont originaires (Nigeria et Maurice).

En les rencontrant, la plus jeune cinéaste du monde plaide auprès des politiques africains pour l’éducation des filles. Son leitmotiv – « Si vos rêves ne vous font pas peur, ils ne sont pas assez grands » – est une phrase de l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf qu’elle a eu également l’occasion de rencontrer. Zuriel Oduwole est sur tous les fronts : lutte contre les mariages précoces en Afrique, changement climatique ou encore lutte contre l’autorisation de port d’armes pour les enseignants aux Etats-Unis. Néanmoins, l’éducation des filles en Afrique reste son principal cheval de bataille : elle a lancé un programme baptisé Dream Up, Speak Up, Stand Up (Dususu). Depuis 2014, la fondation de Zuriel Oduwole distingue grâce aux Dususu Awards les premières dames et les ministres en charge du genre à travers le monde.

Source: France info