CULTURE

Burkina Faso / : 26ème FESPACO: 165 films en compétition dans 07 catégories

Ouagadougou

Dans moins d’un mois, s’ouvre à Ouagadougou la 26eme édition de la plus grande fête du cinéma africain. Le comité d’organisation de cette biennale a  dévoilé au cours d’une conférence de presse, la sélection officielle de films en compétition dans les différentes catégories.  Au total, 165 productions filmiques compétissent cette année dans 7 différentes catégories à ce festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) 2019 qui coïncide cette année avec son cinquantenaire. Ce sera du 23 février au 2 mars 2019.

Pour l’étalon d’or du Yennega, 20 oeuvres sont en pôle position. Parmi elles, trois réalisations Burkinabé. Il s’agit de  »Desrances » d’Appolline Traoré, de  » duga ou les charongnards » de Abdoulaye Daouda et de Hervé Éric Lingani et enfin de  »Hakilitan ou mémoire en fuite » de Idrissa Konaté.

Le documentaire long métrage aligne pour sa part 21 films, dont 3 portent la signature de réalisateurs Burkinabè, que sont Eléonore Yameogo, Aïcha Boris et Michel Zongo. Ils présentent respectivement  » les cimetières des éléphants »,  »le loup d’or de Balolé » et  »pas d’or de kalsaka ».

15 documentaires court métrage, fiction court-métrage sont également en compétition. Les films des écoles de cinéma rentrent quant à elle en compétition avec 16 films.

En série télévisée, l’on enregistré pour la compétition,12 films. Et enfin, 12 films d’animation sont retenus pour cette compétition.

Selon M. Ardiouma Soma, délégué général du FESPACO, tous les films sélectionnés sont de belle facture. C’est ce qui selon lui, explique le retard pris pour la publication des films retenus pour cette édition de la maturité que se veut cette fête du 7 eme art africain.  Le concours d’experts nationaux et internationaux aura permis d’aboutir à ce résultat. Plus de 1000 films, toutes catégories ont été enregistrés à la clôture des inscriptions.

Pour les organisateurs, l’innovation en 2019, c’est la mise en œuvre des recommandations de l’atelier international, organisé courant novembre et décembre 2017. Pour permettre aux nombreux cinéphiles d’apprécier les films dans de bonnes conditions, 9 salles de projection ont été répertoriées à Ouagadougou et mis à la disposition du comité d’organisation.

Les habitants des périphéries bénéficieront grâce au partenariat avec l’association du cinéma numérique ambulant (CNA) de projection de film et pourront échanger avec des cinéastes.

Rappelons que le 1er prix, l’étalon d’or de Yennega, dans la catégorie film de fiction long métrage est doté de somme de 20 millions et d’un trophée. Le 2 eme prix, l’étalon d’argent de Yennega a une enveloppe de 10 millions plus un trophée. Le 3eme prix, l’étalon de bronze donne droit à 5 millions et un trophée.

Doumbia Moussa, Envoyé spécial à Ouagadougou