ÉCONOMIE

Côte d’Ivoire : la production d’or en baisse de 3,57% en 2018

La production industrielle d’or ivoirien a chuté de 3,57% en 2018, se situant à 24,5 tonnes, a annoncé le porte-parole du gouvernement. Le secteur minier dans son ensemble a enregistré l’année dernière un chiffre d’affaires de 582,3 milliards de francs CFA.

La production industrielle d’or ivoirien a chuté de 3,57% en 2018 pour se situer à 24,5 tonnes par rapport aux 26 tonnes prévues l’année précédente. Une baisse attribuée aux grèves à répétition qui ont secoué la plus grande mine d’or du pays, située à Tongon, dans le nord du pays, et appartenant au groupe Barrick (après sa fusion avec le groupe Randgold). Les employés du site, menacé de fermeture, demandaient notamment des garanties de travail et le paiement de bonus.

La diminution de la production d’or ne semble néanmoins avoir eu qu’un faible impact sur les bénéfices liés au secteur minier dans son ensemble, en progression. Celui-ci a enregistré en 2018 un chiffre d’affaires de 582,3 milliards de francs CFA [environ 888 millions d’euros], contre 539 milliards de F CFA en 2017, a annoncé le 10 avril à l’issue d’un Conseil des ministres Sidi Tiémoko Touré, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Près de 30 tonnes à l’horizon 2020

Le secteur minier a également enregistré « des investissements de 268 milliards de F CFA, et généré des recettes fiscales estimées à 65,84 milliards de F CFA », a souligné le ministre.

Les perspectives 2019 demeurent également bonnes pour la filière aurifère, notamment avec l’entrée en production du programme d’extension de la mine d’or d’Ity (Ouest), dénommé CIL et détenue par le canadien Endeavor Mining au premier trimestre, et celle de la mine d’or du Yaouré (Centre). La production d’or à l’horizon 2020 devrait être d’environ 30 tonnes, selon les estimations annoncées par le porte-parole du gouvernement.

Dans le Top 10

En 2017, la Côte d’Ivoire avait produit 25,4 tonnes d’or. Selon le gouvernement, huit permis d’exploitation ont été délivrés dans le pays. Depuis 2011, la production du métal jaune est en constante hausse, passant de 13,2 tonnes en 2012 à 15,4% en 2013, pour atteindre 18,6 tonnes en 2014. La production a poursuivi sa hausse annuelle, franchissant le seuil de 23,5 tonnes en 2015 et 25,05 tonnes en 2016.

Malgré cette embellie, la Côte d’Ivoire n’a toujours pas intégré le Top 5 africain des premiers pays producteurs du métal jaune. La Côte d’Ivoire se trouve ainsi à la septième place, loin derrière l’Afrique du Sud, le numéro un avec 190 tonnes, le Ghana (deuxième avec 100 tonnes), le Mali (troisième avec 50 tonnes), la Tanzanie (quatrième avec 50 tonnes), le Burkina Faso (40 tonnes) et enfin la RDC (32 tonnes).

Source: Jeune Afrique