POLITIQUE

Côte d’Ivoire : la stratégie du candidat Guillaume Soro

Particulièrement présent sur les réseaux sociaux et dans les médias français, Guillaume Soro est également très actif sur le front judiciaire.

Les avocats de l’ancien président de l’Assemblée nationale ont saisi la Cour africaine des droits de l’homme (CADHP) le 7 août pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une violation des droits fondamentaux de leur client. Guillaume Soro a en effet été radié de la liste électorale, ce qui l’empêche d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre.

Candidat malgré tout

La justice ivoirienne estime qu’il a perdu ses droits civiques à la suite de sa condamnation en avril à 20 ans de prison pour recel de deniers publics détournés.

Une décision dont ses avocats ne reconnaissent pas la légalité. Ils se basent pour cela sur un arrêt de la CADHP publié quelques jours avant le verdict dans lequel la Cour demande à la Côte d’Ivoire de surseoir au mandat d’arrêt émis contre l’ancien Premier ministre.

En exil en France, Soro a malgré tout déposé un dossier complet de candidature le 31 août. Son attestation de régularité fiscale lui a été accordée in extremis, alors qu’il en avait fait la demande en juillet.

La direction générale des impôts exigeait au préalable qu’il s’acquitte d’une somme de 523 000 F CFA, correspondant au reliquat d’impôts de son ancienne villa de Marcory Résidentiel au titre de l’année 2019. Ironie du sort, c’est l’achat de cette bâtisse qui lui a valu sa condamnation à 20 ans de prison. Elle a depuis été saisie.

En guerre contre ADO

Guillaume Soro poursuit en parallèle ses efforts pour obtenir la liberté provisoire de la quinzaine de ses proches incarcérés depuis fin décembre 2019. Le 20 août, ses avocats ont déposé une troisième demande auprès du juge d’instruction en charge de l’affaire. Mais elle a été rejetée. Victor Coulibaly, le doyen des juges d’instructions, a estimé que les prévenus ne présentaient aucune garantie de représentation. Une décision qui a irrité Soro, car la remise en liberté de ses proches avait été évoquée le 5 août en Conseil des ministres par Alassane Ouattara, avant que ce dernier ne se ravise.

ADO A ACCUSÉ SORO DE S’ÊTRE ALLIÉ À DES « IVOIRITAIRES », CE QU’IL RÉFUTE

Depuis, Guillaume Soro a déclenché une guerre contre Alassane Ouattara (ADO) sur les réseaux sociaux, le qualifiant de « despote » et de « dictateur ».

Selon nos informations, le président ivoirien, auprès de qui ces attaques passent mal, s’en est ouvert à ses homologues Macky SallFaure Gnassingbé et Denis Sassou Nguesso, qui sont en contact avec Soro. ADO l’a accusé de s’être allié à des « ivoiritaires », ce que celui-ci réfute.

Source : Jeune Afrique

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire