POLITIQUE

Élections locales en Côte d’Ivoire : 102 recours déposés devant la Cour suprême

Dans un bureau de vote à Abidjan, samedi 13 octobre 2018. © REUTERS/Luc Gnago

Les candidats malheureux aux élections locales du 13 octobre avaient jusqu’au mercredi 24 pour déposer un recours devant la chambre administrative de la Cour suprême. 102 recours ont été déposés. La Cour rendra son verdict dans un délai de 30 jours.

Au soir du mercredi 24 octobre, 102 recours avaient été déposés devant la chambre administrative de la Cour suprême. Quatre-vingt quatre concernent l’élection municipale, dix-huit visent les régionales. Bien que ce chiffre soit élevé, il est inférieur à celui du dernier scrutin de 2013, durant lequel 187 recours avaient été instruits.

Les recours du RHDP

Deuxième surprise, selon nos sources, c’est le RHDP qui a contesté le plus grand nombre de résultats avec 24 recours (23 pour les municipales et 1 pour les régionales dans le Haut-Sassandra). Le PDCI en a déposé seulement 9 : 3 pour les régionales (Lôh-Djiboua, Moronou et Gontougo) et 6 pour les municipales (Koumassi, Grand-Bassam, Attécoubé, Bonon, Tiebissou et Port-Bouët).

Dans la dernière municipalité citée, le parti d’Henri Konan Bédié conteste la décision de la Commission électorale indépendante (CEI) d’y annuler le scrutin. La CEI a pris la même décision dans la région du Guémon. Une nouvelle élection doit s’y tenir dans un délai de 30 jours. La Commission électorale proposera une date après le verdict de la Cour suprême, au cas où d’autres résultats venaient à être invalidés.

Résultats contestés

Le RHDP et le PDCI se sont mutuellement accusés de fraudes à l’issue d’un scrutin particulièrement tendu dans certaines localités« Nous avons des éléments sur les tentatives de fraude des candidats du PDCI… Notamment à Zoukougbeu, dans le Haut-Sassandra, et à Port-Bouët », avait déclaré lors d’une conférence de presse le ministre Mamadou Touré, porte-parole du RHDP. Le PDCI a de son côté dénoncé un « braquage électoral ». « Pour certaines circonscriptions, les résultats proclamés par la CEI sont en totale contradiction avec les choix opérés par les électeurs. Dans ces circonscriptions, les candidats du PDCI-RDA ont été victimes d’un braquage électoral et se sont fait voler leur victoire », a estimé Me Emile Suy Bi, l’avocat du parti.

Les résultats proclamés le 15 octobre donnaient une large avance au RHDP avec 18 conseils régionaux et 92 mairies, contre 6 conseils régionaux et 50 mairies pour le PDCI. Les candidats indépendants avaient remporté de leur côté 3 conseils régionaux et 56 communes. Mais plusieurs d’entres eux ont décidé de remettre leur victoire au RDHP ou au PDCI. Le 24 octobre, 26 ont rejoint la mouvance présidentielle. Le PDCI a de son côté annoncé avoir obtenu le ralliement de 3 maires et 2 présidents de région.

Source: Jeune Afrique