SOCIÉTÉ

France : Un étudiant ivoirien sans papier tue son tuteur de 28 coups de couteau

Photo d'un migrant utilisée juste à titre d'illustration

Le drame remonterait à la nuit du 11 au 12 décembre dernier. Dans un appartement de Joué-lès-Tours, un homme de 56 ans est mort, victime de 28 coups de couteau. Le jeune homme qu’il hébergeait, un Ivoirien de 22 ans, a été mis en examen pour meurtre.

Que s’est-il passé dans cet appartement du cœur de Joué-lès-Tours ( ville du centre de la France située dans le département de l’Indre-et-Loire ( le 37) à 246 km au sud-ouest de Paris, ndlr ) ? Difficile encore pour les enquêteurs de savoir comment se sont déroulés les événements. Une certitude : la découverte du corps d’un quinquagénaire, le 17 décembre, chez lui. Un « corps abîmé », explique le procureur-adjoint. Et pour cause. On y compte vingt-huit coups de couteau.

La veille, donc, plusieurs personnes boivent sur les quais de Loire, à Tours. Ils sont rejoints par un jeune Ivoirien, âgé de 22 ans, arrivé en France en 2017, et dont le visa étudiant a expiré, du fait de résultats insuffisants aux examens.

Ce jeune homme invite les deux autres à venir boire un verre, là où il habite, à Joué-lès-Tours. L’un de ses hôtes s’étonne rapidement de l’appartement. Il est » clean mais il y a du désordre. » Et une odeur. Il tombera sur un couteau plein de sang et finira par découvrir le corps, sous le lit. Il se débrouille alors pour s’enfuir quand le jeune Ivoirien est endormi sur le canapé. Et prévient la police.

Le jeune étudiant désormais sans visa est interpellé. Il reconnait avoir donné les coups de couteau. Il a été mis en examen pour meurtre et écroué. Une information judiciaire a donc été ouverte, pour la période du 10 au 17 décembre.

D’après les témoignages recueillis auprès de voisins, une dispute aurait éclaté dans la nuit du 11 au 12 décembre entre lui et celui qui l’hébergeait depuis quelques jours, une semaine tout au plus, semble-t-il. Le quinquagénaire aurait demandé au jeune homme de quitter son appartement.

Le jeune homme a-t-il eu peur de se retrouver à la rue ? Les enquêteurs de la Sûreté départementale poursuivent leurs investigations. La victime, qui avait dirigé le Monoprix dans le quartier des Deux-Lions, à Tours, ne travaillait pas. Il préparait, semble-t-il, sa reconversion.

Source : La nouvelle république