AFRIQUE & MONDE

Kim Jong-un accepte l’invitation de Donald Trump de se rendre aux Etats-Unis, après leur sommet historique

Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un visitent l'hôtel Capella de Singapour lors du sommet entre les deux pays, le 12 juin 2018. (KCNA / REUTERS)

C’est l’agence de propagande nord-coréenne qui a fait cette annonce. Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois lundi à Singapour, et ont signé une déclaration commune à la portée contestée.

Kim Jong-un sur le sol américain : l’image semble impensable, mais elle pourrait devenir réalité. L’agence de propagande de Corée du Nord a annoncé, mercredi 13 juin, que le leader nord-coréen acceptait l’invitation lancée  Donald Trump de se rendre aux Etats-Unis, faite lors du sommet historique entre les deux hommes à Singapour mardi. Kim Jong-un affirme également avoir convié Donald Trump dans son pays.

« Kim Jong Un a invité Trump à effectuer une visite à Pyongyang à un moment opportun, et Trump a invité Kim Jong Un à venir aux Etats-Unis », écrit l’agence officielle KCNA. « Les deux dirigeants ont accepté avec plaisir leurs invitations réciproques, convaincus que cela constituera une autre occasion importante pour une amélioration des relations » entre les deux pays.

Le leader nord-coréen a salué le sommet de mardi comme « un tournant radical » dans les relations entre Pyongyang et Washington. Selon les déclarations rapportées par l’agence nord-coréenne, Kim Jong-un a, en revanche, expliqué que la dénucléarisation de son régime dépendait de la cessation de l’antagonisme entre les deux pays. Mardi, après la signature de leur texte commun, Donald Trump expliquait pourtant que celle-ci allait commencer « très rapidement », sans mentionner de quelconques conditions.