SPORT

Le footballeur sénégalais Sadio Mané « injustement » privé de ballon d’or, selon ses fans

Les joueurs africains manquent tous le podium lors de la compétition du magazine « France Football ». Certains y voient un choix délibéré.

La polémique enfle sur l’obtention du ballon d’or 2019. Beaucoup – internautes, sportifs ou journalistes – considèrent que la récompense aurait dû revenir au joueur sénégalais Sadio Mané, et non à… Lionel Messi.

Pour de nombreux analystes sportifs, africains ou non, Mané méritait le trophée. Vainqueur de la ligue des champions avec Liverpool, meilleur buteur du championnat anglais, finaliste de la CAN 2019, le joueur sénégalais a fait forte impression cette année. Mais il échoue à la quatrième place.

Et certains n’hésitent pas à parler de racisme. « Il est africain et c’est pour ça qu’il est quatrième », explique Habib Beye, l’ancien international sénégalais, aujourd’hui consultant sur Canal+.

Quant aux « polémistes professionnels », ils font leur métier, comme Gilles Verdez, chroniqueur de Touche pas à mon poste sur C8.

Sauf qu’Africa Football montre une autre réalité. L’Afrique elle-même n’a pas mis Sadio Mané à la première place. « Sur 49 rédactions africaines votantes, le finaliste de la Coupe d’Afrique des nations n’est que 12 fois premier sur le top 5 des votes des journalistes africains, soit un ratio faible de 24%, là où Messi est choisi 17 fois. »

Un manque de solidarité africaine soulevé également par Thierno Bocoum, leader du mouvement politique sénégalais Agir. « Les Africains doivent comprendre qu’ils n’auront jamais de cadeaux. Il est temps d’être solidaire et de se battre pour le respect de l’Afrique et des Africains. »

L’analyse objective (?) est peut-être à trouver dans France Football qui n’y va pas par quatre chemins. Pour le journal, Mané ne joue pas dans le bon club ! « Si les jurés du Ballon d’Or votent en leur âme et conscience, une campagne de communication efficace n’a jamais nui à un potentiel lauréat », avance le journal. Et d’expliquer que le Real de Madrid (Modric lauréat 2018) et le FC Barcelone (Messi lauréat 2019) défendent mieux leurs poulains.

En sport, le parti pris, le chauvinisme, la communication prennent souvent le pas sur les résultats. C’est particulièrement vrai au football, où l’on a coutume de dire que tout amateur est un sélectionneur dans l’âme, surtout au bar du Café des sports ou sur la toile !

Source: France info