POLITIQUE

Le PDR invite Amnesty Internationale à faire un suivi de l’ordonnance d’amnistie des prisonniers

M. Soko Gbalehi, président du Parti des Démocrates Républicains (PDR) a animé une conférence de presse le samedi 25 aout 2018 à Yopougon. Il a abordé la question de la libération des prisonniers politiques, la réforme de la CEI et de plusieurs autres sujets d’actualité.

Le président du P.D.R Soko Gbalehi, à cette occasion a émit des doutes et des inquiétudes concernant l’ordonnance prise par le Chef de l’Etat le 06 aout dernier portant amnistie de 800 prisonniers politiques.

En effet pour le conférencier jusqu’à ce jour personne ne peut donner la preuve que tous les 800 détenus ont été effectivement libérés ‘’ Ma préoccupation est de savoir combien de prisonniers sont effectivement libérés, ceux qui sont toujours en détention, ceux qui sont morts ‘’ s’est t-il interrogé. ‘’Personne n’est sur que tous les prisonniers politiques concernés par l’amnistie sont libérés, qui sait combien de personnes ont été emprisonnées ‘’ dira t-il. Aussi, pour que tout le monde soit rassuré que tous les prisonniers sont effectivement libérés M. Soko Gbalehi propose qu’un inventaire soit fait devant Amnesty International qui est une organisation international qui à ses yeux est efficace et crédible dans le domaine des Droits de l’Homme.

A ce titre elle doit veiller sur l’application de cette ordonnance d’amnistie afin qu’elle ne soit pas une simple annonce. ‘’Ma préoccupation est de savoir combien de personnes ont été jetés en prison, les prisonniers qui sont encore en détention, les prisonniers morts dans les prisons, on en parle pas ‘’ a-t-il poursuivi. IL a également abordé la question des militaires qui ne sont pas pris en compte par l’amnistie, invitant le Chef de l’Etat à les libérer.’’ Si l’exécutif est libéré, il faut aussi libérer les militaires qui ne sont que des exécutants, ce sont aussi des citoyens et des prisonniers ‘’ a t-il déploré. Le président du PDR M. Soko Gbaléhi, plus loin dans son intervention a parlé de la Commission Electorale Indépendante (CEI ) qui cristallise tous les débats en Cote d’Ivoire.

Pour lui la revendication concernant la réforme de la CEI est légitime est impérative et elle doit se faire avant la tenue des élections locales du 13 aout prochain dont il souhaite le report. ‘’ Lorsqu’une élection est illégitime il faut la rendre légitime, reportée cette élection serait bénéfique pour la démocratie et pour les populations ‘’ a-t-il poursuivi. M. Soko a ensuite critiqué sévèrement la gestion du régime actuel, la qualifiant de chaotique, stigmatisant ‘’ l’absurdité de la dette abyssale de milliards de crédits punitifs pour les jeunes générations, les projets faramineux du métro alors que le pays connait une crise économique, la politique de rattrapage, le déni de démocratie …’’.

Le PDR est un jeune parti de Gauche, mais une ‘’gauche moderne’’ crée en 2002, son président a annoncé sa candidature pour les élections présidentielles de 2020.


Albert Zatté

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire