SOCIÉTÉ

Régions des Grands Ponts: Les cadres scellent l’union pour le développement

Pour le développement de la région des Grands Ponts, les cadres veulent réitérer l’union sacrée qui a conduit à l’élèction de deux des leurs aux sénatoriales 2018 face à la coalition au pouvoir à Abidjan. Ils l’ont exprimé ce mercredi 23 mai 2018 lors d’une grande rencontre entre les sénateurs et les rois et chefs traditionnels à Grand Jack, village situé à cinq kilomètres de Jacqueville.

Sous la houlette de Esmel Essis Emmanuel, directeur général du Centre de Promotion  des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI), par ailleurs président de la génération Bôdjl, classe d’âge au pouvoir à Dabou, Joachim Beugré, maire de Jacqueville, Sess Soukou Mohamed dit Bensouk, député-maire de Dabou et plusieurs membres du Conseil municipal de Grand Lahou entendent faire fi des appartenances politiques, réligieuses et ethniques pour conjuguer leurs efforts dans l’intérêt de leur région.

Un développement qu’ils comptent porter dans la cohésion et le régroupement des filles et fils des Grands Ponts à travers les outils que sont les mairies de Dabou, Grand Lahou et Jacqueville sans oublier le Conseil régional. Les sénateurs Bombro Lezou Francis et Memel Grah Félix issus de ce regroupement, les fils de cette région souhaitent poursuivre sur cette lancée en fédérant les forces autour de la candidature de Robert Nomel Agnimel, opérateur économique basé à San Pedro, lors des régionales de décembre 2018.  « L’heure a sonné pour nous mettre ensemble et aller au développement. », a lancé le sénateur Mémel Grah Félix qui n’a pas manqué de remercier les rois et chefs traditionnels.

Président de l’association des chefs du Leboutou, par alleurs chef du village de Lopou, Réné Diby Djedjemel a salué cette initiative. S’il admet que la mission des chefs est apolitique, l’ex-ministre de la jeunesse, des sports, soutient que les ressources humaines constituent la première richesse d’un pays. De même, il milite pour  le choix des candidats les plus efficaces. C’est dans l’allégresse totale et une ambiance digne des grands jours que cette rencontre s’est terminée.

Cyrille NAHIN