SOCIÉTÉ

Rencontre des anciens de la FESCI/ Serges Koffi à Damanan Pickas: «Ta présence équivaut à ton absence»

Image à titre illustratif

Suite à la sortie musclée de Damanan Pickas relative à la rencontre des anciens de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) tenue lundi 19 mars 2018 à Abidjan, Serges Koffi, ex-secrétaire général de ce mouvement monte au créneau.

La rencontre des anciens de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) tenue lundi 19 mars 2018 au domicile de Guillaume Soro continue de faire couler encre et salive. Serges Koffi ou Sroukou Trèmin Trèmin, ex-dirigeant du plus grand mouvement estudiantin ivoirien assène ses vérités à Damanan Pickas. « Tu es le dernier concerné par une telle rencontre, toi qui n’as jamais eu de statut électif à la Fesci. Ni Ex SG national, ni Ex SG de coordination, ni Ex SG de section…Ta présence équivaut à ton absence. »,a-t-il indiqué d’entrée dans une déclaration publiée sur sa page facebook.

Par ailleurs, Serges Koffi évoque la duplicité de Damanan Pickas qui, dit-il, avait invité ses pairs à faire la distinction entre Guillaume Soro, l’ex-secrétaire général de la Fesci et l’homme politique, chef de rebellion. « Lors de l’attaque du Fokker 100 du Général Bogota (Guillaume Soro Ndlr), face à nos nombreuses réticences, tu t’es levé, tu as pris ton véhicule et tu t’es rendu à Bouaké pour saluer ton secrétaire général le camarade Bogota et tu en es revenu heureux. N’était il pas le même Bogota Secrétaire Général du MPCI? », demande-t-il ? Tout en revelant que lors du décès de l’ex-secrétaire général Kouyo serges le 30 juillet 2006 à Lolobo près de Yamoussoukro, Guillaume Soro l’a personnellement appelé pour lui remettre la somme de 5 millions Frs Cfa pour les obsèques de son cadet après nous avoir marqué toute son affection. Un geste, dit-il, saluée par l’assemblée générale de cette structure.

Pour rappel, Damanan Pickas, vice-président du Front populaire ivoirien (Fpi), tendance Sangaré, vivant en exil au Ghana, avait taxé cette rencontre des anciens de la Fesci de ‘‘scandale et d’imposture intolérable’’ arguant que Soro est la honte de leur génération pour avoir trahi le mouvement depuis le 19 septembre 2002, date de son entrée dans la rebellion ivoirienne.

Cyrille NAHIN