ÉCONOMIE

« Semi-révolution » ou « arnaque politique », la fin du franc CFA vue par des économistes africains

Les réactions sont contrastées sur le continent après l’annonce surprise des présidents français et ivoirien, Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, d’une réforme de la monnaie instaurée en 1945.

L’annonce de la fin du franc CFA et de son remplacement par l’éco en Afrique de l’Ouest a laissé de nombreux économistes africains perplexes. L’effet de surprise de l’annonce commune d’Emmauel Macron et du président ivoirien Alassane Ouattara, samedi 21 décembre, lors de la visite du président français à Abidjan, a été suivi de réactions contrastées. Certains y voient une « semi-révolution »« une avancée réelle » ou au contraire dénoncent « une réforme cosmétique », la « continuité d’une servitude monétaire », voire « une arnaque politique ».

A Dakar, où siège la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), l’économiste Felwine Sarr estime que la réforme du CFA « n’est pas la rupture ou le grand bouleversement attendu », mais « une étape symboliquement intéressante », affirme-t-il au Monde Afrique : « Que les représentants français quittent les organismes de décision et que le compte d’opération revienne en Afrique nous permettront d’avoir des ressources en liquidités à investir dans la zone et de se défaire en partie de la tutelle de Paris. Nous ne sommes pas des jeunes enfants qui ont besoin de garanties. »

L’économiste juge toutefois que « la relation reste asymétrique, car le système n’a pas fondamentalement changé » et, plus encore, voit dans l’annonce conjointe de Macron et Ouattara, « la subtile récupération d’une dynamique endogène. La France se donne un rôle à jouer dans l’éco, alors qu’en principe elle n’en a aucun. »

Coup d’accélérateur

Le projet de l’éco est en discussion depuis 1987 entre les quinze pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Il avait récemment bénéficié d’un léger coup d’accélérateur avec le choix de son nom et d’un taux de change flexible arrimé à un panier de monnaies – ce que semble compromettre le maintien d’une parité fixe avec l’euro, dans un premier temps tout du moins.

L’économiste Demba Moussa Dembelé voit donc dans la réforme annoncée une manœuvre visant à « torpiller le projet de la Cédéao ou de le retarder le plus possible. Ils coupent l’herbe sous le pied des critiques en éliminant les symboles qui fâchent sans toucher au fond du problème. Ce que demandent les peuples africains, c’est la fin du franc CFA et non sa réforme. » Le projet de l’éco ne concerne pas que les pays de la zone franc mais aussi des pays anglophones de la Cédéao tels le Nigeria, le Ghana ou le Liberia. Felwine Sarr estime qu’« il y a un risque que, dans les prochaines semaines, ces pays exigent que l’éco ne soit plus adossé à l’euro et retrouve son principe initial d’un taux de change flexible. »

Nerf économique de la sous-région, le Sénégal a couvé ces dernières années une forte contestation anti-franc CFA. Celle-ci a connu l’un de ses épisodes majeurs le 19 août 2017, lorsque le militant franco-béninois Kémi Séba avait brûlé un billet de 5 000 francs CFA lors d’un rassemblement à Dakar. La BCEAO avait déposé plainte et le « Front anti-CFA » avait appelé à des manifestations. Le polémiste avait été expulsé au prétexte de « menace grave pour l’ordre public ». Mais son geste a nourri le débat. A la présidentielle sénégalaise de février, le candidat de l’opposition Ousmane Sonko avait inscrit la sortie du CFA dans son programme. Après l’annonce conjointe des présidents Macron et Ouattara, Kémi Séba a dénoncé un changement « cosmétique » assurant qu’il continuerait « à faire pression en 2020 ».

Une position qui trouve écho chez Cheikh Tidiane Dieye. L’économiste sénégalais dénonce « une arnaque politique (…) une décision opportuniste, un vol. Ce sera une réforme du CFA et en aucun cas un avantage pour la création de l’éco, puisque ce dernier n’a jamais envisagé son existence par rapport à la France. » A contrario, Moubarack Lo, économiste en chef du premier ministre, voit dans cette réforme « une transition en douceur, qui facilitera la fusion avec les autres pays de la Cédéao ». Il assure que « rien n’empêche d’améliorer quelques éléments dès 2020 : l’ancrage sur un panier de devises, la préparation de l’impression des billets et pièces sur le continent » alors que la monnaie est toujours fabriquée à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme. Même enthousiasme chez l’ancien premier ministre Abdoul Mbaye, qui loue une « réforme majeure, de grande intelligence en ce qu’elle allie changements historiques et maintien des fondamentaux pour conserver la confiance en notre monnaie ».

« On change le nom du bébé sans couper le cordon »

Au Burkina Faso, également, l’annonce de la fin du franc CFA a été diversement accueillie. « Enfin ! C’est une première étape »« Un jour historique ! », se sont félicités des internautes sur les réseaux sociaux. Mais dans le pays de l’ancien président révolutionnaire et anticolonialiste Thomas Sankara, dont on a célébré le 70e anniversaire de la naissance le 21 décembre, certains s’irritent déjà d’une « arnaque » et d’un effet de « poudre aux yeux »« Le roi est mort, vive le roi ! » ou encore « On change le nom du bébé sans couper le cordon ombilical », se sont empressés de critiquer des Burkinabés sur la Toile, qui dénoncent notamment le maintien de la parité fixe avec l’euro. « La France reste le maître d’œuvre de cette monnaie. Elle donne d’une main et retient de l’autre. Dans ces conditions, l’éco reste un sous-CFA ou un néo-CFA », observe, amer, l’économiste burkinabé Taladidia Thiombiano sur le site d’information lefaso.net.

Les pays de la Communauté des Etats d’Afrique centrale (Cémac), l’une des sous-régions de la zone franc, ont aussi suivi les annonces de près, même s’ils ne sont aujourd’hui pas concernés par la réforme. Notamment le Cameroun, où la question du CFA suscite régulièrement des débats passionnés. Au-delà des divergences politiques, la nécessité d’en finir avec cette monnaie est l’un des rares sujets sur lesquels s’entendent détracteurs et supporteurs du régime de Yaoundé. « L’Afrique de l’Ouest nous montre l’exemple de la voie à suivre. On peut en sortir mais il faut créer les conditions qui permettent à chacun des Etats qui accepterait de se mettre ensemble pour une nouvelle monnaie de voir qu’est-ce qu’on y gagne et qu’est-ce qu’on y perd », a réagi dimanche le journaliste et éditorialiste camerounais Edmond Kamguia sur la chaîne de télévision privée Equinoxe.

En sortir, donc, mais comment ? « En réalité, nous voulons apporter des solutions idéologiques et politiques à un problème technique, affirme au Monde Afrique l’économiste camerounais Dieudonné Essomba. On peut résoudre le problème idéologique et politique et c’est ce qu’on est en train de faire : on chasse la France et on a raison de le faire. Mais cela ne résout pas la question d’un système monétaire adapté à nos économies. Dans un pays qui ne fabrique rien, vous ne pouvez pas avoir une monnaie autonome. »

Source: Le Monde.fr

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire