Accueil » Lutte contre la corruption – Le ministre Epiphane Ballo : “Voici les premiers résultats”
SOCIÉTÉ

Lutte contre la corruption – Le ministre Epiphane Ballo : “Voici les premiers résultats”

Au cours d’un point-presse le mardi 14 septembre 2021 à son cabinet, au 4ème étage de la Tour A, Epiphane Zoro Ballo, ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption a donné les premiers résultats de l’opération « Coup de poing », lancée il y a quelques mois et qui a déjà épinglé, selon le ministre Zoro Ballo, des magistrats, des agents de la SICTA, du ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, des gendarmes et policiers.

Les premières collectes d’informations du ministère de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption et celles de structures et organisations tels que Transparancy, l’Institut national de la statistique (INS) et Afrobarometer ont permis, selon Epiphane Zoro Ballo d’identifier des secteurs prioritaires et les formes de corruption les plus pernicieuses pour les populations, au niveau du transport, de l’éducation, de la santé, de la justice, de la construction, de la gendarmerie et de la police. « Il a été recueillis de preuves montrant des individus non agents de la Société ivoirienne de contrôles techniques automobiles et industriels (SICTA) recevant des pots de vin des mains d’usagers afin d’éviter les files d’attentes, d’éluder les pénalités de retard et de leur assurer un passage avec succès lors du contrôle technique. Une autre opération de vérification d’allégations d’extorsion de fonds par des agents de sécurité (police et gendarmerie) lors de contrôles routiers nous a permis de recueillir des vidéos montrant des agents de police et de gendarmerie recevant des sommes d’argent des mains d’usagers », révèle Epiphane Zoro Ballo. Il note aussi des soupçons de paiement de pots de vin au niveau de la Justice, pour l’accélération du traitement des dossiers lors de l’établissement d’actes de justice et pour l’abandon de poursuites ou de prononciation de peines plus légères. « Au niveau de la construction, des soupçons de paiement de pots de vin, afin d’acquérir le permis de construire ou modifier la propriété d’une Attestation de concession définitive (ACD), de même que le paiement de pots de vin au responsable ou élu de collectivités, afin d’acquérir des parcelles sans passer par la procédure formelle sont dénoncés », ajoute Epiphane Zoro Ballo. Dans le secteur de l’éducation et de la santé, les dénonciations reçues par les services du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance font état de versements de pots de vin pour l’affectation des élèves dans les grandes écoles privées et lors des examens à grands tirages. Au niveau de la santé, toujours selon les investigations menées dans le cadre de l’opération « Coup de poing », il est dénoncé des paiements de pots de vin pour l’accélération des procédures pour obtenir l’enregistrement d’un médicament, outrepasser le contrôle-qualité ou obtenir la certification de bonnes pratiques de fabrication et la facturation de soins réputés gratuits.

De gros montants en jeu

La lutte contre la corruption constitue, aux dires du ministre en charge de la Promotion de la bonne gouvernance, un défi important à relever pour la croissance économique durable, la paix et le développement de la Côte d’Ivoire, à l’instar des autres pays africains. Selon la Banque africaine de développement (BAD), précise Epiphane Zoro Ballo, la perte financière liée à la corruption en Afrique est estimée à 148 milliards de dollars chaque année. Les tracasseries sur certains axes routiers lors du convoyage de produits vivriers n’ont pas été occultées par le ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption, puisqu’elles contribuent à l’augmentation des prix de ces produits sur les marchés : « Sur l’axe Hiré-Abidjan, le commerçant doit s’acquitter de 20. 000 FCFA repartis entre les différents barrages, 42. 000 FCFA sur l’axe Bandjan-Abidjan et 17. 000 FCFA sur l’axe Bouaflé-Abidjan (…) Les observations que nous recevons assez régulièrement de nos partenaires économiques et financiers indiquent que par l’effet de la corruption, la Côte d’Ivoire perd des milliers de dollars qui auraient pu servir aux infrastructures sociaux de base, à un développement économique plus équilibré (…) Le message que nous voulons faire passer à nos concitoyens est celui-ci : attention à la fraude, au racket, parce que l’État vous voit, le dispositif a été déployé par le ministère de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption, en vue de renforcer la détection des actes de corruption. La corruption est une opération secrète, occulte, clandestine qui peut prospérer tant que l’auteur pense qu’il ne peut jamais être vu ou identifié (…) Désormais, l’État a un regard sur vous, l’État vous voit ». Le vendredi 17 septembre prochain, le ministre Epiphane Zoro Ballo animera une conférence de presse en compagnie du commissaire du gouvernement, le général Ange Kessy Kouamé, puisqu’il a été saisi pour le cas des gendarmes et policiers.
Source :  l’intelligent d’Abidjan
Olivier Dion

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire