SOCIÉTÉ

Anyama : le lycée moderne donne un bel exemple de gestion des finances publiques

La gestion des ressources financières issues des cotisations exceptionnelles payées par les parents d’élèves a toujours été un problème dans les établissements scolaires ivoiriens. Depuis plusieurs années l’état ivoirien a instauré la co-gestion des établissements scolaires à travers la création des conseils de gestion des établissements scolaires appelé coges. Si la gestion des fonds perçus par ces structures pose un problème ailleurs, il n’en est pas pour le lycée moderne d’Anyama, dans le district d’Abidjan. Djaty Yao Gaston, proviseur de cet établissement secondaire et le président du coges Sylla Youssouf viennent de le démontrer.

En effet, le mardi 12 novembre dernier, le proviseur et le coges ont procédé à une remise d’un important matériel pour améliorer les conditions de travail de son personnel ainsi que les conditions d’apprentissage des élèves. Il s’agit de chaises de direction, d’ordinateurs, d’imprimantes, 12 onduleurs pour la salle multimédia, un Switch, des tubes d’encres, des climatiseurs et plus de 100 tables-bancs semi- métalliques recyclés pour le bonheur des apprenants d’une valeur de plus de 4.000.000fr cfa. Des fonds issues de cotisations exceptionnelles au titre de l’année scolaire écoulée.

« Ce dont est le fruit d’une collaboration mutuelle entre la direction du lycée moderne d’Anyama et le conseil de gestion des établissements scolaires (coges) qui ont accepté de mettre ensemble les moyens nécessaires pour ces commodités afin de permettre d’abord au élèves et ensuite aux collaborateurs de travailler dans des conditions acceptables », a déclaré Djaty Yao Gaston, proviseur dudit établissement qui a pris service dans il y à peine deux mois.
Homme de rigueur et d’objectifs, qui a été classé meilleur proviseur à plusieurs reprises précédemment de la direction régionale de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Duekoué où il a servi pendant 4 ans avec plusieurs réalisations à son actif (réhabilitation des bâtiments, construction de d’un terrain de football, de handball, d’une plateforme sportive, et bien d’autres).

Djaty Yao Gaston ne compte pas se dérober de cette recherche perpétuelle du goût du travail bien fait. L’homme estime que les moyens collectés près des parents d’élèves doivent permettre le bon fonctionnement de l’école. « Nous veillons au grain à chaque fois pour que les parents aient une traçabilité des fonds qu’ils injectent dans les cotisations exceptionnelles. L’état ne pouvant pas tout faire, les parents qui co-gèrent l’école avec nous se doivent de voir leurs investissements atteindrent leur objectifs », a ajouté le proviseur qui avait à ses côtés le président du coges Sylla Youssouf. Le président du coges qui s’est réjoui de l’esprit d’initiative du chef d’établissement a saisi cette opportunité pour rassurer les parents quant à l’accomplissement de sa mission à la tête de cette institution.

« C’est ce que nous attendons des dirigeants du lycée, les fonds du coges doivent permettre d’équiper l’école pour que nos enfants travaillent dans de bonnes conditions. Cette fois-ci je suis content du geste du nouveau proviseur », a déclaré Mamadou Keita, parent d’élèves ayant assisté à la cérémonie.

Le secrétaire général de la direction régionale de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle d’Abidjan 3 Alangba koffi Basile qui présidé la cérémonie a rendu hommage mérité au proviseur et au coges pour cette méthode de gestion transparente des fonds publics qui est une grande première dans cette circonscription. Il a demandé aux autres chefs d’établissements d’emboîter le pas au lycée moderne d’Anyama dans la gestion des ressources financières exceptionnelles pour une école de qualité.

Francioly TIMBO