Accueil » Ces architectes sénégalais qui préfèrent la terre au béton
SOCIÉTÉ

Ces architectes sénégalais qui préfèrent la terre au béton

Remettant au goût du jour des techniques ancestrales, plusieurs projets de la capitale sénégalaises sont actuellement réalisés en terre crue.

La construction est en plein essor à Dakar, la capitale sénégalaise, où des immeubles d’habitation inachevés dominent la plupart des rues, laissant apparaître leurs briques de béton apparentes d’un gris uniforme et terne. Dans un secteur de la ville, cependant, un bâtiment se démarque: les briques que les ouvriers posent sont en terre crue et rouge. Le béton est peu coûteux et utilisé abondamment dans la capitale sénégalaise, mais il est mal adapté à la chaleur ouest-africaine. Les jours d’été, lorsque les températures atteignent fréquemment 38 ° C, les bâtiments deviennent des fournaises, refroidies uniquement à grands coups de climatisation.

La terre, de son côté, régule naturellement la chaleur et l’humidité, affirment les fondateurs de Worofila, une firme d’architecture spécialisée dans la conception bioclimatique. Depuis 2016, ils font pression pour que le matériau fasse son grand retour. Ils disent que cela pourrait réduire la pollution provenant des usines de ciment et de la production d’électricité tout en gardant les gens au frais.

21 jours de séchage

«Avant la climatisation, les gens prêtaient attention aux matériaux et à l’orientation pour la régulation naturelle de la chaleur», souligne la cofondatrice de Worofila, Nzinga Mboup, tandis que des travailleurs posent des briques pour les étages supérieurs de ce qui sera une maison familiale avec piscine. «Au moment où la climatisation est arrivée, ces considérations sont sorties de la fenêtre», poursuit-il. Les habitations traditionnelles du Sénégal étaient faites de boue, mais cela a été abandonné. Les trottoirs de Dakar sont désormais jonchés de tas de sable et de pierres qui sont mélangés avec du ciment pour produire des immeubles bon marché.

Pour fabriquer des briques de terre de nouvelle génération les ouvriers mélangent le sol avec de petites quantités de ciment et d’eau pour créer un mélange qu’ils coupent en blocs, compressent avec une machine manuelle et laissent sécher pendant 21 jours. Contrairement au béton, ces briques de terre nécessitent peu d’énergie pour être produites. Le ciment, principal ingrédient du béton, représente 8% des émissions de dioxyde de carbone, selon le groupe de réflexion britannique Chatham House.

Le souvenir de la maison de grand-mère

La construction en terre n’est pour l’instant qu’une niche. Cela coûte encore plus cher que le béton et de nombreuses personnes ignorent tout simplement cette option. Worofila a été sélectionné pour un Ashden Award, un prix britannique pour les solutions climatiques, dont la société espère tirer une plus grande visibilité. «Au départ, nous recherchions des clients. Aujourd’hui, nous ne les cherchons pas. Nous avons beaucoup de demande», explique Doudou Deme, qui a fondé en 2010 Elementerre, une société qui fabrique des briques de terre au Sénégal.

Elementerre et Worofila se sont associés pour construire des maisons privées, des bureaux et une partie d’une gare, mais ont du mal à percer réellement la scène de la construction de Dakar. Pourtant, quand Nzinga Mboup explique le concept, cela évoque des souvenirs. Ses interlocuteurs n’ont pas oublié que la maison de boue de leur grand-mère dans le village était toujours la plus fraîche.

Source : Le Figaro