SOCIÉTÉ

COPAD 2018: Le Togo détrône le Mali

Mme Kanté Salimata, directrice de cabinet adjointe du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, représentant la ministre Bakayoko Ly Ramata et la première dame Dominique Ouattara, a procédé ce lundi 26 février 2018 à l’entenne de l’Université Félix Houphouet Boigny sise à Bingerville, à l’ouverture officielle de la troisième édition de la Coupe panafricaine des débats (COPAD).

15,5/20 contre 15/20. C’est par ce score que le Togo, petit poucet qui a perdu ses plumes, a eu raison de l’orgre Malien, détenteux du trophée à deux reprises (2016-2017) au cours de ce match d’ouverture. A en croire le jury présidé par Professeur Charles Binam Bikoi du Cameroun, le caractère ouvert de la question ‘‘Les techonologies de l’information et de la communication (TIC) seraient-elles une des causes mejeures de la délinquance juvénile en Afrique’’ a fait la différence lors de cette compétition intéllectuelle hautement relévée. Il n’empêche que les débatteurs maliens, qui ont survolé cette rencontre, ont raflé la palme de meilleur débatteur revenue à Makan Djankouna Dembélé, étudiant à l’école supérieure de gestion de Bamako.

Une prestance et une élégance oratoire reconnues par toute l’assistance y compris par les vainqueurs de cette étape. « Je félicite les adversaires maliens qui avaient des arguments très brillants. Nous étions intimidés au début de la compétition en affrontant une équipe doublement championne mais nous savions qu’il faut toujours garder la tête haute. », a indiqué Agnanlé Admisa Florent, étudiant en Master 2 de passation de marchés publics à l’université de Lomé.

Pour rappel, la COPAD est un concours-débat inter-universitaire panafricain oû des étudiants représentant leurs pays par équipe débattent sur des thèmes précis. La finale de cette 3ème édition après celles du Sénégal, puis du Mali se tiendra samedi 3 mars prochain à l’université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan. Cette cérémonie d’ouverture a été réhaussée par la présence de Mme Kéita Amina Maiga, première Dame du Mali et celle de Ousmane Ag Rhissa, ambassadeur du même pays.

Cyrille NAHIN