AFRIQUE & MONDE

Coronavirus : après une hospitalisation, Manu Dibango « se porte mieux »

Contrôlé positif au Covid-19, le saxophoniste de 86 ans est aujourd’hui sorti de l’hôpital, et, selon ses proches, sa situation n’inspire pas d’inquiétude.

La rumeur d’une hospitalisation du géant du saxophone se répandait au Cameroun depuis plusieurs jours. Par le biais de la page Facebook officielle de Manu Dibango, sa manageuse Claire Diboa a préféré clarifier la situation : « Nous portons à votre information qu’après une récente hospitalisation due au Covid-19, Manu Dibango se repose et récupère dans la sérénité. »

« Prendre soin de vous »

Le communiqué demande au public et aux amis de « respecter l’intimité » du musicien et se veut optimiste : « Il se réjouit d’avance de vous retrouver prochainement et vous demande, en cette période troublée que nous traversons tous, de bien prendre soin de vous. »

Nous avions rencontré la légende camerounaise du jazz en septembre dernier pour un long entretien. Hormis quelques problèmes de mobilité, bien naturels à son âge (86 ans aujourd’hui), le virtuose était alors en parfaite santé.

Il s’apprêtait à jouer dans la salle du Grand Rex avec un orchestre symphonique de 30 musiciens et son Soul Makossa Gang. Le 1er février dernier, il donnait encore un concert au Corum, l’Opéra de Montpellier, dans une forme « éblouissante ».

Résidant en Île-de-France, aujourd’hui principal foyer de la pandémie en France, le musicien est considéré du fait de son âge comme une « personne fragile », qui risque de développer une forme grave d’infection. Pour l’heure son entourage reste néanmoins rassurant, en expliquant qu’« il va mieux. »

Sur sa page Facebook, les frères sénégalais Touré Kunda (approchant les 70 ans et résidant également en France), ont souhaité « bon rétablissement » à leur ami et confrère. De même que la directrice du label Syllart Records, Binetou Sylla. Sur Tweeter, les manifestations de solidarité se sont aussi multipliés, par exemple sur le compte des Ultras Ivoiriens.

Source: Jeune Afrique

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire