POLITIQUE

Côte d’Ivoire / Affaire Mairie du Plateau : Le domicile du député maire Jacques Ehouo perquisitionné

Les manœuvres du pouvoir d’Alassane Ouattara pour arracher la mairie du Plateau à l’élu du PDCI-RDA connait une évolution inquiétante pour la démocratie en Côte d’Ivoire.

En effet, le mercredi 9 janvier 2019, trois agents présentés comme étant de la police économique et financière ont fait incursion à son domicile situé à Abidjan – Deux Plateaux BMW, non loin de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA). Après que la maisonnée leur ait fait savoir que le député était absent, les policiers se sont mis à fouiller de fond en comble toute la maison. « C’est le député qu’ils voulaient. Ils ont fouillé la maison sans toucher aux documents ou ouvrir des bagages » a fait savoir un témoin sur place. Qui croit que ces agents seraient partis avec le maître des lieux s’ils l’avaient trouvé. « Ils étaient déterminés à le trouver » a-t-il insisté.

Après les fouilles, les policiers ont laissé sur place une convocation qui l’invite à se présenter dès réception à la direction de la police économique et financière où attend de l’interroger le commissaire Ernest Bouaky sur une supposée affaire de détournement de fond à la Mairie du Plateau

Déjà au petit matin de ce mercredi, une information faisait état de ce que des éléments de la police avaient pris position autour de la résidence du député élu de la circonscription du Plateau, attendant d’entrer en action pour l’interpeller. Mais le parquet, selon un confrère, avait démenti avoir émis un mandat à l’encontre de l’honorable Ehouo Jacques Gabriel Martial.

Candidat désigné à la dernière minute par Henri Konan Bédié pour suppléer le maire sortant Noël Akossi Benjo (alors candidat naturel du PDCI-RDA), le député Ehouo a remporté les élections municipales face au petit poulain d’Alassane Ouattara, Fabrice Sawegnon, après une tentative de braquage des opérations de dépouillement du scrutin par les autorités.

Accusé en pleine précampagne de détournement de fond dans sa gestion de la Mairie, le maire sortant avait du s’exiler en France pour échapper à une interpellation de la police économique. Le maire désigné par le gouvernement pour assurer son intérim l’a accusé d’avoir détourné avec Ehoué Jacques plus de 6 milliards de F.CFA provenant de la publicité dans la cité. Jacques Ehoué étant par le passé, responsable de la société en charge de la gestion des panneaux publicitaires du Plateau. Mais ce dernier se défend de ne plus être membre de cette société depuis longtemps.

Ces avocats avaient brandi son statut de député pour expliquer son refus de répondre à une première convocation de la police économique à cet effet. Le procureur de la république avait alors fait une sortie pour expliquer que les députés peuvent être poursuivis en dehors des sessions parlementaires. Il avait en conséquence invité l’élu de la nation à répondre à la convocation de la police.

Sous prétexte qu’un incendie ayant ravagé une partie de la Mairie empêche la prise de fonction du maire élu Jacques Ehouo, une administration provisoire présidée par le préfet du département d’Abidjan administre la commune.

Blaise BONSIE