POLITIQUE

Côte d’Ivoire / Congrès du RHDP : La jeunesse Wê se dresse contre son instrumentalisation – Interview

Le président de la jeunesse wê, en tenue traditionnelle, entouré de quelques membres de son bureau

La région du grand ouest ivoirien, notamment du Guémon et du Cavally, connait en ce moment plusieurs missions à l’endroit de sa jeunesse pour une participation massive de celle ci au congrès constitutif du RHDP qui aura lieu le 26 janvier 2019 à Abidjan. Eric Nomasso Doffo, le président national de la jeunesse Wê est contre ces campagnes menées par des jeunes mis en mission par des élus et cadres de la région. Dans le bref entretien qu’il a tenu à nous accorder à cet effet pour donner la position officielle de son mouvement, le président Eric Doffo s’explique.

 

Président, vous venez de produire un communiqué dans lequel vous faites savoir que la jeunesse Wê n’est nullement concernée par les campagnes de mobilisation qui ont lieu en ce moment dans la région par rapport au congrès du RHDP. Pourquoi une telle sortie de votre part ?

Tout simplement, parce que pour nous, le seul parti de la jeunesse Wê, c’est le développement. Je veux dire que main dans la main, nous devons construire notre région qui a été détruite. Nous souffrons des conséquences de la guerre depuis 17 ans. Aujourd’hui, nous disons que la jeunesse Wê ne doit pas avoir de parti politique. Parce que, c’est ce qui a engendré ce que vous savez. C’est pourquoi je dis encore que la jeunesse Wê n’a pas de parti politique, n’a pas d’allier politique, n’a pas de parrain politique. Le seul parrain politique que nous avons, c’est le développement. Nous avons mis des gens à la tête de nos communes et nos régions. C’est pour nous apporter le développement et non appartenir à des partis politiques. J’appelle donc tous les jeunes à s’abstenir de tout mouvement politique qui se passe actuellement en côte d’Ivoire.

Je demande à nos élus de penser aux promesses faites lors des campagnes. J’ai donc fais cette déclaration pour appeler la jeunesse Wê à plus de responsabilité. Si nous sommes apolitiques, cela nous permettra d’éviter beaucoup de choses. Voilà l’objet de ma déclaration.

Mais, justement ! Les élus du Guemon et du Cavally ont pratiquement tous adhéré au RHDP avec pour objectif de parvenir au développement tant espéré de ces deux Régions. Affirmer donc que le parti de la jeunesse Wê c’est le développement, et s’opposer à cette action commanditée par les aînés, n’es-ce-pas les contrarier ?

Vous savez ! les gens comprennent mal le développement. Nous sommes tous des intellectuels. Un maire ou un président de conseil régional n’est pas obligé d’avoir une étiquette politique pour apporter le développement. Si on vous dit cela, c’est du mensonge. le maire, le conseil régional …. sont des postes de développement qui n’ont pas besoin de couleur politique. Je suis étonné quand on continu de penser que ce peuple est naïf.

La couleur politique peu être un frein parfois .Ceux qui veulent venir investir chez toi peuvent s’abstenir justement à cause de ta couleur politique . C’est dommage. Je ne vais pas contre eux, mais je dis que le peuple Wê est mature. Pour développer sa région, on a pas besoin d’étiquette politique. Ce sont des choix personnels qu’ils ont fait. Ce ne sont pas ceux du peuple qui les a élu. Nous les avons élus sous des étiquettes d’indépendants, ce n’était pas pour qu’ils prennent des étiquettes politiques après. On attend d’eux plutôt des routes, l’électrification de nos villages…. Je ne critique pas leur choix. Mais s’ils aiment le peuple Wê, qu’ils ne mêlent pas la jeunesse à ce combat.

Lors des élections passées, nous avons fait une campagne de sensibilisation pour dire que l’élection, c’est pas la guerre. Malgré tout ça, nous avons assisté à des velléités sur les réseaux sociaux qui on vraiment effrayé. Ne sommes nous pas conscients de ce qui se passe dans notre région ? Moi j’ai perdu cinq personnes de ma famille pendant la guerre. A Guiglo, il y a eu des morts, il n’y à pas longtemps. Pensez à votre région! Ne pensons pas aux grosses cylindrés dans lesquelles on doit rouler. C’est un cri de cœur que je lance. Il faut qu’on pense d’abord Wê.

Un mot de fin ?                                                                      

Dans mes écrits, je mets toujours paix et joie. Notre cœur doit être dans l’amour et l’allégresse. Nous devons être frères. Je demande à toute la jeunesse du Guémon d’être mature. Pensons à notre avenir, pensons au grand ouest. C’est le plus important pour moi.

Interview réalisée par Francioly TIMBO