SOCIÉTÉ

Côte d’Ivoire/ Coronavirus, l’arrivée massive des citadins exaspère les campagnards

Abidjan, 28 mars ( Event News TV) – Avec les mesures d’isolement de la ville d’Abidjan, la veille habitude des temps de crise à refait surface, de nombreux citadins ont quitté la capitale économique Ivoirienne pour rejoindre leurs villages. C’est le cas à Daoukro, Guiglo, San Pedro et d’autres villes de l’intérieur. Sur place, l’arrivée des nouveaux venus suscite l’inquiétude des villageois, qui craignent que les arrivants aient apporté le virus.
“On a peur qu’ils nous apportent le virus d’Abidjan”

Juste après l’annonce des mesures d’isolement demandant à la population Abidjanaise de ne pas quittée la capitale économique, on a assisté à un véritable exode.
De nombreux citadins ont préféré quitter Abidjan pour aller s’installer temporairement en campagne, afin de bénéficier d’un cadre de vie plus agréable pendant cette période dite difficile

C’est ainsi que la ville de Daoukro , a vu arriver, depuis des jours, des résidents de la période.
C’est le cas de kouakou arnauld qui passe toutes les fêtes à Daoukro. Mais, cette fois, ils a été accueilli par des remarques acides. “Est-ce que tu n’est pas venu avec leur maladie là ? “, raconte arnauld Kouakou ” Je pense pas répond t-il.

C’est bien ce qui inquiète certains habitants : “on a peur qu’ils nous apportent le virus d’Abidjan”, dit une femme, qui fait remarquer qu’ici “il n’y a pas beaucoup de médecins, pas beaucoup d’infirmiers”.

Mais, d’autres sont plus compréhensif : “Nous avons déjà vécu cette situation pendant les crises précédentes en Côte d’Ivoire.Il ne faut pas être paniqué. Ça a déjà existé. Si on passe à travers, tant mieux”, déclare un villageois.
Chez les commerçants aussi, les avis sont partagés

“Ils achètent beaucoup plus, donc, nous on a augmenté nos commandes. Je les comprends tout à fait, mais il faut aussi respecter les règles que le gouvernement impose”, dit Hamed, un commerçant

Kouamé Kouakou, lui, est plus catégorique : “ils se mettent, eux, en sécurité, mais est-ce qu’ils pensent à nos personnes âgées ? Je ne suis pas sûre”, dit-il.
A guiglo, Guei Bernard lui est sans pitié, ” Qu’ils sachent que tous les sorciers ne sont pas encore mort avant de venir ici, de peur que la mort qu’ils ont fuient les emportent par la sorcellerie.

“Ses Abidjanais espèrent être à l’abri de tout danger lié au covid 19 en côte d’Ivoire”​​​​​​​

Dans l’imaginaire, “la ville reste le lieu des mauvaises odeurs, des maladies et des émeutes”, explique Koulahi Privat, un sociologue, qui n’est pas étonné par cet exode précipité.

Comme Daoukro, toutes les autres régions ne sont pas en reste, pour ses personnes de la ville, le village semble le meilleur endroit pour fuir la pandémie à coronavirus. Mais cette méthode n’est-elle pas un danger pour les campagnards?

C’est en réponse à cela que le gouvernement Ivoirien sur décision du Président de la République, Alassane Ouattara à décidé de l’isolement de la ville d’Abidjan aux autres villes de l’intérieur et des villes environnantes à partir du dimanche 29 mars à minuit, explique le ministre de la sécurité et de la protection civile ,Diomande Vagondo qui explique que cette mesure vise à répondre à un souci de propagation du coronavirus à l’intérieur du pays, vu que cela pourrait être un chaos pour le pays.

Rappelons que le gouvernement Ivoirien tient chaque jour un point de presse pour faire le point de la pandémie dans le pays.
La côte d’Ivoire passe désormais la barre des 100 cas confirmé avec 3 cas guéris et enregistre 0 décès.

Silvère Bossiei