SOCIÉTÉ

Côte d’Ivoire/Coronavirus, les zones les plus exposées au virus à Abidjan.

Abidjan, 20 mars (Event News TV) – Depuis plusieurs semaines le Coronavirus appelé scientifiquement COVID 19 sévit dans de nombreux pays dans le monde mais les Abidjanais eux dans leur grande majorité considère le virus comme une intox.

Notre équipe de reportage elle s’est rendu dans plusieurs commune de la Capitale Economique pour prendre le pouls de la situation.

A ADJAME LE COVID 19 EST CONSIDÉRÉ COMME UN BUSINESS.

A Adjamé centre commercial d’Abidjan, le COVID19 est désormais un moyen pour les commerçants et commerçantes de se frôler les mains par la commercialisation du gel Hydro alcoolique, des caches nez, des gants et autres accessoires de protection.

Dénebou, Une commerçante nous confie qu’elle vend mais ne peux pas porter le cache nez ainsi que les autres accessoires pour la simple raison que le virus ne tue que les personnes à la peau blanche et non des noirs qui consomment la boisson naturel appelé communément koutoukou.

« Moi je prends ‘’Ablution’’ donc Dieu me protège. Moi ce que je souhaite c’est que la maladie reste chez les blancs et ne tue pas en Côte d’Ivoire mais les gens doivent acheter les accessoires de protection pour que je gagne beaucoup d’argent », a-t-elle renchérie.

Chez Amoudé, commerçant de nationalité Libanaise, lui demande que le gouvernement suspende la circulation des bus avant de demander aux populations de porter des cache-nez, qui selon lui augmente la chaleur.

« Mais écoutez monsieur, vous-même vous voyez les bus qui sont toujours remplis, c’est par ça que le gouvernement doit commencer sinon chez nous à Adjamé il ne va pas avoir de virus ici » explique-t-il.

Dame Kouassi, elle commercialise les accessoires de protection mais n’en utilise pas car selon elle depuis l’annonce des cas confirmés il n’y a pas eu de mort à cause du climat.

A Adjamé, notre reporter était parfois face à des commerçants prêts à en découdre avec les journalistes qui leurs posaient des questions, le cas de Cissé Abou.

C’est l’une des commune dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire dans laquelle les mesures de précautions prisent par les autorités Ivoirienne sont considérés comme encombrant, les populations circulent en grand nombre sans craindre le pire d’autres nous confie que ce n’est pas le coronavirus qui va tuer les populations mais les mesures.

A ABOBO LE COVID 19, UN NO SENS.

Dans la commune du maire Hamed Bakayoko, l’heure n’est pas à la panique mais plutôt à la recherche du pain quotidien.

Moussa Coulibaly, chauffeur de Massa se montre ferme, « mon ami leur affaire là c’est chez eux et nos ministres qui vont là-bas moi je n’ai jamais mis pied au Ghana donc ça ne m’intéresse pas. C’est pour faire marcher leurs cache nez et autres, je ne rentre pas dans ça c’est mon argent qui est bon à l’heure-là » explique-t-il.

Dans les supermarchés quelques Ivoiriens qui ont les moyens font des provisions comme monsieur Koué qui lui affiche une peur bleue et nous explique que ce n’est pas seulement la maladie qui tue mais les décisions des gouvernants et les rumeurs.

YOPOUGON TOUJOURS DANS LES MAQUIS ET LES ESPACE DE LOTTO.COVID 19 ON S’EN FOU.

A l’annonce du gouvernement de différentes mesures de protection contre le coronavirus, les populations affluent les rues de plusieurs quartiers de la commune de la joie, certains dans les espaces de loterie et d’autres vaques tranquillement à leurs occupations.

Notre équipe s’est rendu dans le quartier Sideci, où se tenait une veillée de prière qui réunissait plus d’une centaine de personne devant un pasteur qui lui visiblement n’était pas d’accord avec la décision du gouvernement.

« Cher(es) fidèles chrétiens, retrouvons-nous pour prier car c’est par la prière que nous pouvons sauver le monde, les gouvernants eux ont les moyens pour vider les supermarchés mais et nous ? » explique l’homme de Dieu qui a refusé de nous communiqué son nom.

A Yopougon, seul la fermeture des maquis peut nous maintenir à la maison nous explique un autre.

A ABIDJAN, D’AUTES DISENT ENCORE QU’IL N’Y A AUCUN CAS, LE GOUVERNEMENT VEUT LES NEUF (9) MILLIARDS DE L’OMS INTOX OU VRAI ?

Ce n’est désormais plus un secret de polichinelle pour certains Abidjanais qui expliquent que le gouvernement Ivoirien veut les neufs milliards que l’Organisation Mondiale de la Santé donne aux pays qui ont des cas confirmés c’est la raison pour laquelle il déclare chaque jour de nouveaux cas sans mort.

Face à cette situation qu’attend faire le gouvernement Ivoirien pour préserver la vie des personnes vivant dans les trois communes dans lesquelles les populations éprouvent du mal à respecter les mesures.

ET SI LA CONSERVATION TOTALE S’IMPOSAIT ?

A l’image de la chine, de la France, de l’Italie et de d’autres pays le gouvernement Ivoirien devrait procéder au confinement total de sa population pour éviter le pire.

Selon les autorités Ivoiriennes, le pays compte désormais 15 cas avec un guérit et ne dénombre pas de mort à ce jour.

Silvère Gaël Bossiei