POLITIQUE

Côte d’Ivoire: la coalition pro-Gbagbo va déposer sa candidature à la présidentielle

La coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) a annoncé mercredi qu’elle allait déposer la candidature de l’ex-chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, à la présidentielle du 31 octobre.

La coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) a annoncé mercredi qu’elle allait déposer la candidature de l’ex-chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, à la présidentielle du 31 octobre.

« EDS informe les Ivoiriens et la communauté internationale (…) qu’il déposera la candidature du président Laurent Gbagbo selon les procédures prévues », a affirmé le président de la coalition, Georges Armand Ouegnin.

M. Gbagbo, actuellement en Belgique, ne s’est pas encore prononcé publiquement sur une éventuelle candidature.

EDS comprend notamment les GOR (« Gbagbo ou Rien »), la faction restée loyale à Laurent Gbagbo au sein de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI). Son ancien Premier ministre Pascal Affi Nguessan, qui a le contrôle légal du parti, a lui déjà annoncé sa propre candidature.

Les candidats ont jusqu’à lundi minuit pour déposer leurs dossiers et ne doivent pas être nécessairement présents physiquement, a affirmé à l’AFP le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Ibrahime Kuibiert Coulibaly.

Président de 2000 à 2010, le président Gbagbo, 75 ans, acquitté en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), attend en liberté conditionnelle à Bruxelles un éventuel procès appel. Il a le droit de voyager à condition que le pays d’accueil accepte sa présence.

Le président Alassane Ouattara, 78 ans, a déjà déposé son dossier pour briguer un troisième mandat controversé alors que l’ancien président Henri Konan Bédié (1993(1999), 86 ans, a lui été désigné candidat de son parti et devrait déposer son dossier jeudi.

Les trois mêmes hommes étaient déjà candidats en 2010 lors du scrutin qui a débouché sur la crise électorale ayant fait 3000 morts, née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara.

Source : Mediapart.fr