ÉCONOMIE

Côte d’Ivoire : les actifs de Saf Cacao mis en vente après la faillite de l’entreprise

Unité de transformation du Cacao dans l'usine de Choco Ivoire à San Pedro © Jacques Torregano pour JA

Des appels d’offres ont été lancés pour les actifs de Saf Cacao, notamment pour son usine de transformation Choco Ivoire, après la liquidation du quatrième exportateur ivoirien de cacao, prononcée le 18 juillet par le tribunal de Sassandra.

C’en est fini de la Société Amer et frères (Saf Cacao), fondée en 2004 par trois entrepreneurs ivoiro-libanais, Ali Lakiss, Adnan Amer et Ahmed Amer. En quelques années, l’entreprise avait pourtant réussi à se hisser au niveau des multinationales du cacao et à devenir le quatrième exportateur ivoirien de cacao – derrière Barry Callebaut, Olam et Cargill. Mais la chute des cours de 2017, la faillite de son principal client, Transmar, aux États-Unis, et des défauts de contrats sur deux campagnes successives ont entraîné des déficits successifs qui ont conduit le Conseil Café Cacao (CCC) à saisir la justice, et finalement à la liquidation de l’entreprise, prononcée le 18 juillet dernier par le tribunal de Sassandra.

Une ardoise de 150 milliards de FCFA

Dans les semaines qui ont suivi, les principales banques du pays, à qui l’entreprise laisse une facture estimée par Bloomberg à 150 milliards de francs CFA (229 millions d’euros), ont tenté de déposer des recours pour faire annuler cette liquidation. Selon l’agence de presse, ces dernières estimaient en effet que la poursuite des activités de Saf Cacao constituait leur meilleure chance de retrouver leurs créances.

Peine perdue pour l’instant, ce qui a conduit le liquidateur, Alain Guillemain, à lancer des appels d’offres pour les actifs de la société, notamment son usine de transformation installée à San Pedro, Choco Ivoire. Mais une demande d’appel contre la liquidation devrait être entendue en octobre, rapporte encore Bloomberg. 3 000 personnes sont employées par Saf Cacao et ses filiales Choco Ivoire et Cipexi.

Retrouvez cet article sur Jeune Afrique.com