Accueil » Côte d’Ivoire : Ouattara et Bédié font vœux de « dialogue »
POLITIQUE

Côte d’Ivoire : Ouattara et Bédié font vœux de « dialogue »

Le président ivoirien a appelé à la « réconciliation » dans son allocution télévisé de veille du Nouvel An. Son principal opposant, Henri Konan Bédié, a jugé que le dialogue était la « seule voie possible », mais refuse toujours de reconnaître la réélection d’Alassane Ouattara.

Se félicitant de la « qualité » du dialogue politique lancé depuis le 21 décembre avec l’opposition et la société civile pour « décrisper » le climat politique, le président ivoirien s’est dit, dans son allocution télévisée de veille du Nouvel An, « confiant qu’avec l’implication de tous, ce grand chantier de la réconciliation sera conduit avec succès ».

Il faut « intensifier toutes nos actions en faveur du pardon et de la concorde nationale », « nous avons tous la responsabilité de préserver la paix, de bannir la violence et d’unir nos forces pour la construction d’une nation apaisée », a plaidé Alassane Ouattara, élu le 31 octobre pour un troisième mandat jugé inconstitutionnel par l’opposition, qui a boycotté le scrutin et ne reconnaît pas sa réélection.

Dialogue et fermeté

Tout en se félicitant de la libération conditionnelle de « certains responsables » de l’opposition arrêtés après l’élection – évoquant, sans le nommer, Pascal Affi N’Guessan, remis en liberté sous contrôle judiciaire le 30 décembre, mais toujours poursuivi pour « atteinte à la sureté de l’État »  – Alassane Ouattara a également fait passer un message de fermeté, soulignant que « la justice fera son travail afin que les responsabilités soient situées et (que) la loi sera appliquée dans toute sa rigueur »

dans le cadre des enquêtes sur les violences électorales qui ont fait 87 morts et près de 500 blessés.

Le chef de l’État a indiqué avoir signé un décret de grâce présidentielle pour « environ 2 000 » personnes « condamnées pour des infractions mineures », sans préciser s’il s’agissait d’infractions liées aux violences électorales.Plusieurs responsables de l’opposition sont en effet poursuivis par la justice pour avoir proclamé un régime de « transition », finalement abandonné.

Le chef de l’État a indiqué avoir signé un décret de grâce présidentielle pour « environ 2 000 » personnes « condamnées pour des infractions mineures », sans préciser s’il s’agissait d’infractions liées aux violences électorales.

Bédié dénonce « la forfaiture du 31 octobre »

Plus tôt dans l’après-midi, dans son propre message de voeux télévisés, l’ex-chef de l’État Henri Konan Bédié, principal opposant, a lui aussi renouvelé son appel au dialogue politique, se refusant cependant toujours à reconnaître la réélection du président Ouattara.

Une « majorité écrasante » d’Ivoiriens « ont dit non à la forfaiture du 31 octobre en s’opposant (…) à ce simulacre d’élection pour un troisième mandat inconstitutionnel et illégal », a notamment déclaré le chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), filmé dans sa résidence à Abidjan, encadré par les drapeaux de la Côte d’Ivoire et de son parti.

« Le dialogue national me paraît la seule voie pour sortir notre pays de l’impasse », a déclaré Bédié. Affirmant parler « au nom du PDCI et de l’opposition significative », il a par ailleurs réitéré son exigence de « la libération sans condition » des responsables et militants de l’opposition arrêtés lors de la présidentielle, « pour faciliter le dialogue national ».

La veille, Alassane Ouattara avait, lors du conseil des ministres, indiqué avoir parlé « à plusieurs reprises » avec Henri Konan Bédié, et affirmé que les deux hommes avaient « convenu de reprendre le dialogue bilatéral (…) dans la deuxième quinzaine du mois de janvier ».

Source : Jeune Afrique