POLITIQUE

CPI / On va vers l’acquittement de Laurent Gbagbo et Blé Goudé

Le procès couplé  Laurent Gbagbo et  son ex -ministre Charles Blé Goudé reprend ce lundi 1er octobre à La Haye.  Le moins qu’on puisse affirmer c’est que tous les voyant sont au vert pour l’acquittement des deux prévenus.

 A ce procès  qui reprend ce lundi 01 er octobre 2018  après des mois d’interruption, il faut résolument s’attendre à un acquittement  du président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé . De fait, la Défense de Laurent Gbagbo ayant  fait le constat que  tous les 82 témoins de l’accusation  n’ont  pas  pu fournir  de preuves suffisantes contre leurs clients,  la CPI doit procéder maintenant  à la  libération pure et simple  de leurs clients.

C’est donc à juste titre que la Défense demandera à cette audience ‘’ un non-lieu  total ‘’ , ‘’ un jugement d’acquittement pour toutes les charges  et pour tous les modes de responsabilité ‘’.

Les juges de la CPI et la  Procureure Fatou  Bensouda ont comme  seule  alternative  d’accéder à la demande de la Défense en libérant purement et simplement le président Gbagbo et son ministre Blé Goudé  ex-leader de la jeunesse ivoirienne.

Laurent Gbagbo, Blé Goudé  et leurs Avocats sont suffisamment  prêts  pour la reprise du procès. Blé Goudé a  prit des dispositions particulières à cet effet.  Il a non seulement interrompu toutes ses visites  (acception  du fils de Gbagbo) pour se concentrer sur son sujet. Les 27 et 28 septembre dernier il  a fait une séance de travail avec ses Avocats, Blé Goudé  a redistribué  les rôles. Chaque Avocat interviendra sur un chef d’accusation  et lui –même  pourrait  prendre la parole.

Le Ministre Assoa Adou cadre du FPI, parti de Laurent Gbagbo  qui a prit part  à un débat sur RFI  ce dimanche 30 septembre  a souhaité que le régime en place face une ‘’ déclaration dans laquelle il demandera le retour de Laurent Gbagbo’’,  affirmant que sa libération est le préalable au processus de réconciliation en Cote d’Ivoire.

Laurent Gbagbo et Blé Goudé sont poursuivis par la Cour pénale internationale pour  quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité liés à la crise post électorale ivoirienne de 2010- 2011.

 Albert  ZATTE