ÉCONOMIE

Emmanuel Macron se montre plus pressé que ses homologues africains de se débarrasser du franc CFA

Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, président de Côte d’Ivoire, à Saint-Raphaël, le 15 août. © Sipa Press

Le président de la République pousse ses pairs de la zone franc à accélérer l’évolution de la relation monétaire avec la France

Le Conseil des ministres a adopté, le 20 mai, le projet de loi mettant fin au franc CFA dans huit pays d’Afrique de l’Ouest, sans rupture du lien monétaire avec la zone franc. Un texte que le gouvernement souhaite voir ratifier par le Parlement en septembre prochain.

« Ce qui est fait pour nous, sans nous, est fait contre nous », a rappelé le rappeur sénégalais, Didier Awadi, en reprenant Gandhi après de l’annonce française actant le décès du franc CFA. Une réponse, en forme de clin d’œil, à la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye, qui a expliqué, le 21 mai, que « cette fin symbolique devait s’inscrire dans un renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique ».

En soumettant un projet de loi qui entérine la transformation du FCFA en eco, nom de la future monnaie ouest-africaine, Emmanuel Macron souhaite se débarrasser des oripeaux du passé. Spécialiste des imaginaires, l’ex-disciple de Paul Ricœur sait que la France et ses alliés de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ont perdu la bataille de l’opinion face aux activistes et souverainistes de cette région, faute d’avoir su défendre l’ancien « franc des colonies françaises d’Afrique », son nom originel, créé en 1945.

Les détracteurs du FCFA dénoncent régulièrement ce qu’ils qualifient de survivance d’une économie d’empire. Ce qui a poussé l’Elysée et les dirigeants de la zone franc à changer les règles de la relation monétaire, sans renoncer à la stabilité économique et à une faible inflation.

En fait, le projet de loi signe la fin de la centralisation de 50 % des réserves en devises des Etats d’Afrique de l’Ouest sur des comptes d’opérations du Trésor français, conformément à l’accord conclu fin décembre entre la France et les pays de l’Uemoa.

« Des dirigeants comme Alassane Ouattara et Macky Sall ne veulent pas partir à l’aventure et se retrouver à gérer les problèmes qu’ont connus et connaissent des pays comme le Nigeria ou la Guinée, qui gèrent leurs propres monnaies »

Parité fixe. La France n’aura plus de représentants dans les instances techniques de gouvernance de la zone monétaire. Le Trésor français continuera toutefois à garantir la parité fixe (1 euro = 655 FCFA) et gardera un levier dans le nouvel accord de coopération. Si le taux de couverture de la monnaie descend en dessous de 20 % (contre plus de 70 % actuellement), la France pourra désigner, à titre exceptionnel, un représentant au comité de politique monétaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) pour gérer la crise.

Jusqu’à présent, les Etats de la zone franc n’ont pas entériné l’accord de décembre et n’ont pas créé des comptes à terme pour y placer leurs réserves de change. Ils continuent à profiter de la rémunération du trésor français (0,75 %) quand les taux d’emprunt sont négatifs sur le marché européen.

« Des dirigeants comme Alassane Ouattara et Macky Sall veulent agir de manière séquencée et réfléchie, explique l’un de leurs confidents. Ils ne veulent pas partir à l’aventure et se retrouver à gérer les problèmes qu’ont connus et connaissent des pays comme le Nigeria ou la Guinée, qui gèrent leurs propres monnaies. »

A terme, l’eco pourrait toutefois être étendu à l’ensemble des pays d’Afrique de l’Ouest dont le géant nigérian, première économie de la zone. Et pourrait être rattaché à un panier de devises comprenant le dollar, le yuan et le yen. « Cette évolution aura un impact sur les échanges commerciaux et les réserves de change, poursuit le confident. Les dirigeants veulent s’assurer au préalable de la convergence monétaire de leurs pays, de l’élargissement de l’assiette fiscale et de la réduction du secteur informel. »

Comme leurs dirigeants, nombre d’hommes d’affaires ouest-africains ne sont pas pressés de sortir de la parité et de la garantie apportée par la France. « La valeur d’une monnaie n’est que le reflet de la valeur qu’on lui assigne, plaide un patron malien travaillant avec la Chine. Nous avons besoin de stabilité pour faire fructifier nos activités. »

Source : L’Opinion.fr

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire