POLITIQUE

En Côte d’Ivoire, l’ancien président Laurent Gbagbo définitivement radié des listes électorales

L’ex-chef de l’Etat, l’ancien premier ministre Guillaume Soro et l’ex-chef des Jeunes Patriotes Charles Blé Goudé ne pourront se présenter à la présidentielle du 31 octobre.

La justice ivoirienne a confirmé la radiation des listes électorales de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo par la Commission électorale indépendante (CEI), a appris l’AFP mardi 26 août auprès de son avocat. « Le président du tribunal a entériné la décision […]. C’est un non définitif, il n’y a plus de recours au plan national », a affirmé à l’AFP l’avocat de M. Gbagbo, MClaude Mentenon.

L’ancien président, ainsi que l’ancien chef rebelle et ex-premier ministre Guillaume Soro, l’ex-chef des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé, et l’opposant Akossi Bendjo, ancien maire du quartier du Plateau à Abidjan, contestaient leur absence des listes électorales affichées dans les bureaux de vote début août.

Des proches de Guillaume Soro, qui se dit candidat à la présidentielle du 31 octobre bien qu’il vive en exil en France, ont contesté la décision devant le tribunal de Korhogo, mais attendent toujours une réponse, a-t-on appris auprès de son entourage.

« Toute personne condamnée pour un délit ou un crime à une privation de ses droits civiques était rayée des listes lors de la révision », avait expliqué Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la CEI lors de la présentation de la révision de la liste électorale début août. Les quatre hommes, qui vivent à l’étranger, ont tous été condamnés par la justice ivoirienne.

Des condamnations à vingt ans de prison

Acquitté en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), Laurent Gbagbo vit à Bruxelles dans l’attente d’un éventuel appel, mais il a été condamné par la justice ivoirienne à vingt ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

L’ancienne première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a demandé le 11 août au président ivoirien Alassane Ouattara « d’amnistier » son époux Laurent. « Les arguments utilisés pour justifier le retrait du nom de Laurent Gbagbo de la liste électorale sont des arguments juridiques très discutables. D’ailleurs, le procès qui a conduit à cette condamnation est lui-même politique et injustifiable », avait indiqué Mme Gbagbo.

M. Soro a lui été condamné par la justice ivoirienne à vingt ans de prison pour « recel de détournement de deniers publics » et fait l’objet d’une procédure pour « tentative d’insurrection ».

Le climat s’est tendu en Côte d’Ivoire, dix ans après la crise post-électorale qui a fait plus de 3 000 morts. Des violences qui ont suivi l’annonce de la candidature du président Ouattara à un troisième mandat ont fait au moins 8 morts en août.

Source : Le Monde

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire