SPORT

Football/ Élection à la FIF: Rumeur d’un report

« Sidy sait que le pouvoir ne veut pas de lui, et que s’il organise les élections, il va les perdre… »

« Sidy veut absolument organiser la Can 2023″

Ça sent le roussi ces élections à venir à la Fédération Ivoirienne de Football(FIF). Les stratégies sont quasi parallèles. Après avoir sollicité l’aval des autorités politiques, Didier Drogba a rencontré et exposé une partie de ses projets à tous les clubs ivoiriens(L1, L2, D3).

En face, on ne sait pas encore le candidat officiel de la FIF. Mais la fédé, par le truchement de son premier vice-président, Sory Diabaté, a montré un bout de son stratagème : l’appât des anciennes gloires. Et dire que rien n’a encore véritablement commencé.

Mais une question reste aussi fondamentale que préoccupante: à quand ces élections? Question de fond. Vu qu’elles ont déjà été reportées pour 2020 alors qu’elles devraient se tenir en 2019. De nouvelles rumeurs font état de ce que ce scrutin devrait être prorogé pour 2021. Info ou intox?
Sur la question, P.S, président d’un club de Ligue 1, proche de Sidy Diallo avoue:  » Sidy sait que les autorités actuelles ne veulent pas de sa candidature. Le pouvoir ne veut pas de lui. Il sait que s’il organise les élections en ce moment il va les perdre lamentablement. La seule alternative qui lui reste c’est de faire trainer les choses jusqu’à la fin des élections présidentielles de 2020. En espérant que s’il y a de nouvelles autorités proches de lui, il peut avoir la chance de rester jusqu’à la Can 2023 qu’il tient absolument à organiser. Tant qu’il avait à faire au GX, c’était relativement facile pour lui. Mais avec Drogba, il sait que les choses ne seront plus pareilles ». Révélation de taille.

En raison de la nouvelle, on peut donner du crédit aux dires de ce dirigeant quand même on n’en détient pas la matérialité. Si tel était le cas, que disent les textes en la matière?

L’article 42 des règlements généraux de la FIF est concis et précis sur la question.
Il stipule que  » L’élection du président a obligatoirement lieu au plus tard le 30 juin suivant la 4ème année civile de son mandat ».
On le voit, les textes ne prévoient aucune dérogation possible. Il n’y a pas non plus d’article qui autorise le président à user de son pouvoir discrétionnaire en la matière…

Une chose est certaine, seuls les présidents de clubs et groupements sportifs détiennent le pouvoir à la FIF. Ils sont 81 âmes à voter sur les 25 millions d’Ivoiriens .
Le match est engagé. Mais la balle se trouve dans leur camp.

T.K